Vos orgasmes seront décuplés grâce à cette méthode incontournable !

L’Edging, la nouvelle technique en vogue, permettrait de décupler vos orgasmes. Il s’agirait d’une pratique sexuelle consistant à contrôler la montée du plaisir. Au féminin a pu interroger Sophie Greene, sexologue et praticienne en psychothérapie, qui a livré ses précieux conseils. Explications croustillantes dans l’article ci-dessous.

À lire aussi: Le Frex : la nouvelle tendance sexuelle qui consiste à faire du sexe avec un(e) ami(e) serait très bonne pour la santé mentale

Edging, mais qu’est ce que c’est précisément?

Il s’agit d’une pratique sexuelle qui consiste spécifiquement à retarder le plus possible l’orgasme pour qu’il soit plus qu’exceptionnel quand il éclate.

En fait, il s’agit d’atteindre une excitation maximale sans pour autant atteindre l’orgasme. La spécialiste cite les travaux de Johnson, un pionnier de l’étude de la sexualité humaine, qui a expliqué l’intérêt de cette pratique théoriquement. En effet, la phase précédant l’orgasme serait le moment où l’excitation est à son paroxysme. Et c’est exactement cela que l’on cherche avec l’Edging.

Que ce soit pour les femmes comme pour les hommes, la sexologue nous rassure: les effets de la pratique sont similaires pour un plaisir partagé. La docteur rappelle tout de même que les sensations peuvent varier d’une personne à une autre, un homme peut, par exemple, se sentir plus valorisé de réussir à contrôler son éjaculation, tandis qu’une femme va, quant à elle, ressentir de légères contractions du périnée. Et ce ne sont que des exemples.

Quand on observe « une accélération du rythme cardiaque, une fréquence respiratoire rapide et thoracique, une dilatation des pupilles entre autres signes de l’excitation » c’est que celle-ci commence à être particulièrement élevée.

À chacun sa technique

La sexologue rappelle qu’aucune sexualité ne se ressemble, chacun doit donc trouver sa technique pour atteindre l’Edging.

L’important est de suffisamment connaître son plaisir. Pour apprivoiser son corps, rien de mieux, selon elle, que la masturbation:

La masturbation permet d’apprendre à connaître de quelle manière réagit notre corps, quelles zones sont les plus sensibles au niveau de notre sexe mais pas seulement, sur le reste du corps également. Plus ma connaissance de mon fonctionnement d’excitation est grande, plus je suis à même de moduler l’intensité des stimulations que je m’octroie

Sophie Greene met aussi l’accent sur une potentielle difficulté à surmonter pour les hommes: le réflexe de l’éjaculation. En effet, “ils doivent alors être capables de noter lorsqu’ils s’approchent de cette « zone de danger » qui est celle qui précède d’à peine quelques secondes le point de non retour et donc l’éjaculation.” .

Ils devront donc être particulièrement attentifs à toutes les sensations de leur excitation qui monte: les frémissements, le rythme cardiaque et particulièrement la respiration, qui est primordiale pour contrôler le moment de l’éjaculation.

Le principal est de gérer le rythme

Pour ne pas céder à la tentation de l’orgasme, Sophie affirme que “cesser tout mouvement, effectuer une vraie pause est souvent nécessaire” . Il ne faut absolument pas brûler les étapes.

Le rythme a son importance et on peut facilement imaginer qu’être stimulé fort et vite (au niveau du clitoris, du vagin, du pénis, de la pénétration, de l’anus par exemple) ne va pas aider à être vraiment conscient de cette montée d’excitation.

L’Edging est une pratique sexuelle associée à la patiente et à l’écoute: plus l’excitation augmente, plus il faut la canaliser pour faire durer le plaisir.

La communication avec son partenaire est essentielle

Même si le sujet peut paraître difficile à aborder avec son partenaire, par pudeur ou manque de connaissance de son corps, il est nécessaire de trouver un moment pour exprimer ses besoins.

La spécialiste explique que la communication ne s’engendre pas que verbalement et que chacun peut trouver la manière d‘indiquer la direction de son plaisir à son partenaire.

Il ne s’agit pas ici de parler pendant le rapport sexuel, en long en large et en détails de ce qui nous maintient en excitation, mais de le faire éventuellement en dehors. Par exemple pendant des jeux sexuels où l’objectif n’est pas l’edging mais simplement la découverte de son corps et de celui de l’autre. Ou bien on peut imaginer que des gestes doux (afin de ne pas paraître trop dirigiste !) et précis, comme celui de prendre la main, le doigt de l’autre ou encore sa tête, peuvent lui faire comprendre ce qui nous plaît et nous permet d’atteindre ce seuil.

But : atteindre un orgasme décuplé mais ce n’est pas tout

Cette pratique sexuelle démontre de nombreux avantages. Sa finalité principale est d’atteindre un orgasme plus qu’explosif après avoir contenu son excitation aussi longtemps.

Mais la sexologue y voit d’autres intérêts, par exemple pour les hommes, qui « remarquent aussi pour leur part que la quantité de sperme est plus abondante et que les jets lors de l’émission peuvent être plus forts et propulser le sperme plus loin lorsque l’émission a lieu à l’extérieur du vagin ou de l’anus” .

Cette technique permet aussi d’échanger, de mieux se connaître, de moduler ses sensations et d’avoir une sexualité diversifiée. A bon entendeur.

À lire aussi: Faire l’amour pendant les règles : la marche à suivre !

En savoir plus sur : - - - - - -

Publié par Salomee le 21 Fév 2020
0