Envie de pimenter vos soirées ? Et pourquoi pas tenter l’aventure BDSM

 

Tout le monde connaît aujourd’hui le film choc des 50 nuances de Grey. À la fois troublante et fascinante, la pratique du BDSM possède l’avantage de laisser libre cours à tous vos fantasmes. Alors si vous souhaitez tenter l’aventure, voici quelques petits conseils avant de vous lancer.

>> À lire aussi : Comment matcher sur Tinder ?

Qu’est-ce que le BDSM ?

Le BDSM, plus exactement bondage, discipline et sado-masochisme, est une pratique qui vise à établir une relation de dominant/soumis au lit. Le but, c’est de travailler sur toutes les sensations du corps et plus principalement pour laisser s’exprimer des fantasmes inassouvis. Toutefois, et comme le précise la docteure et sexologue Kat Van Kirk : « Parce que c’est considéré comme un ‘échange de pouvoir’, cela signifie que le jeu doit être consensuel, sécuritaire et sain d’esprit. »

Il est donc impératif de bien établir les règles du jeu en amont de manière à ce que les deux partenaires n’aient aucune mauvaise surprise à l’arrivée. Le but, c’est de remédier à la routine et plus principalement à « une vie sexuelle stagnante en changeant la dynamique, créer un sens sain du drame sexuel et améliorer l’intimité émotionnelle. » Quant aux règles à adopter, il faut pouvoir déterminer qui sera le dominant et le dominé. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas forcément celui ou celle qui a le fouet qui maîtrise la situation, bien au contraire…

>> À lire aussi : Sexe, sentiments et exclusivité : comment aimer à trois ?

Comment parler de ses fantasmes à son/sa partenaire ?

Le plus gros problème dans l’aventure du BDSM, c’est certainement de livrer ses fantasmes à l’autre. En effet, c’est une pratique qui oblige à aller rechercher des pensées inavouées pour les partager avec son partenaire. Et pour cela, il existe de nombreux supports comme par exemple, des articles, des films ou tout simplement, le choix d’objet en particulier qui sera susceptible d’éveiller votre attirance ou votre excitation. Encore, il faut-il garder à l’esprit que « le BDSM n’est bon pour une relation que si vous le souhaitez tous·tes les deux, que personne ne se sent sous pression et qu’il s’agit d’une perspective excitante plutôt qu’une épreuve ou quelque chose d’inconfortable. »

Enfin, il convient de fixer des limites à ne pas dépasser. Et cela peut paraître simplet mais pourtant, c’est ce qui garantira l’expérience. Par exemple, on autorisera la fessée ou le fouet avec plus ou moins d’intensité en fonction du seuil de résistance de chacun. Et par seuil de résistance, on entend cette frontière ténue, à la limite du seuil entre la souffrance et l’orgasme. Car au bout du compte, l’idée c’est que vous puissiez laisser exprimer vos fantasmes intérieurs et surtout, que vous y prenez du plaisir, ensemble.

Source : Conseils donnés par Terrafemina

En savoir plus sur : - -

Publié par Claire le 04 Oct 2019
 
0