Clara Morgane s’essaie au bondage : un look SM qui fait bouillir ses fans !

INSCRIVEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER
Invalid email address

Clara Morgane est sexy et elle le sait. Depuis toujours elle nous propose du contenu très « hot », mais toujours élégant dans son feed Instagram pour notre plus grand bonheur. Actuellement en voyage au Japon, l’ancienne actrice X a décidé de tester un nouveau look local : le bondage. Elle nous en fait profiter avec quelques petites photos…

 

Clara Morgane s’essaie à un look dangereusement sexy

Bondage, de sa traduction française « esclavage », est à l’origine une pratique sadomasochiste qui consiste à attacher son partenaire avec des cordes. Alliant sexe et mode, Clara Morgane nous fait le mix parfait !

 

Il faut dire, Clara est une adepte des posts sexys et suggestifs : des chaussettes « send nude » (envoyez moi des photos nus) ou posant avec un maxi décolleté dans son maillot une pièce, elle maitrise son image à la perfection.

 

La mode du bondage

À Tokyo depuis une semaine, elle partage les péripéties de son voyage sur Instagram. Sur place, elle a rencontré un artiste japonais du bondage Hajime Kinoko Shibari. Il est célèbre en Asie et fait régulièrement des performances en public où il attache esthétiquement des mannequins, des objets et même des sculptures de manière à ce que la position de la corde fasse de belles formes géométriques.

 

Cette fois-ci il s’est essayé sur le somptueux corps de Clara et le résultat est… distingué. Elle a publié trois photos montrant le « processus de fabrication » en commençant par les cordes au sol en teasant ses followers « Ambiance… », une bonne manière de faire monter la température. L’ex présentatrice télé a atteint les 13k likes en seulement 18 heures alors que ses posts tournent souvent autour de 8K.

 

Cela fait maintenant deux ans que les grands noms de la mode s’inspirent du bondage pour créer des pièces uniques. Des hauts « harnais », des bijoux style « chokers », une trend sexy que la mode a su rendre élégante… À essayer !

Publié par Inès Arrom le 17 Mai 2018