La mode de s’arracher les dents de devant pour être plus beau et pour mieux faire des gâteries

Entre mode et rite de passage, une étrange tendance séduit de plus en plus de Sud-Africains, dans la région du Cap. Ils se font arracher les dents de devant par effet de mode. Personnes âgées ou jeunes ont succombé à cette tendance par pure coquetterie. Regardez la vidéo pour découvrir cet effet de mode pour le moins surprenant.

> À lire aussi : Elle découvre que son chiot a 70 dents : le vétérinaire va lui en arracher 21 !

Pour des raisons esthétiques, ils se font arracher les dents de devants

Dans les townships du Cap, en Afrique du Sud, on croise de plus en plus d’hommes et de femmes, de jeunes et de moins jeunes, à qui il manque deux incisives à la mâchoire supérieure. Ils ont ce qu’on appelle le « sourire des Cape Flats », du nom d’une banlieue de la ville. Interrogée par France Info, une jeune femme explique pourquoi elle a choisi de se faire enlever ses incisives saines : « J’ai fait enlever mes dents de devant, six d’entre elles. Et depuis je n’ai pas remis de fausses dents. En fait j’aime bien, je l’ai fait parce que c’est assez populaire ici. Vous voyez, on se sent plus beaux, plus séduisants. Quand on est jeunes, poursuit-elle, on le fait aussi parce que tous nos amis le font, et on ne veut pas se sentir rejetés. »

> À lire aussi : Ce papa a une technique très flippante pour arracher la dent qui bouge de son fils ?!

Les incisives enlevées en signe d’appartenance à la communauté colorée

Bon nombre de ceux qui se sont faits enlever les dents, possèdent aussi un dentier amovible, afin de choisir s’ils veulent porter des dents ou pas. En plus, les dents en or ou en argent sont aussi populaires dans le pays, ce qui permet de faire incruster des pierres ou des dents en métal directement dans le dentier. Cette pratique est surtout courante parmi la population métissée. Les  « gens colorés » désignent les métisses qui se considèrent ni noirs ni blancs. Cette nouvelle catégorie de Sud-Africains nés de la mixité, ont du mal à s’identifier. C’est pourquoi, cette mode typique des « coloured people » leur permet enfin d’avoir un signe distinctif en commun. Jacqui Friedling, une enseignante à l’université du Cap est la seule à avoir étudié ce phénomène dans une très sérieuse thèse. Elle a indiqué que plusieurs tribus africaines se cassaient les dents autrefois mais aujourd’hui « c’est toujours une forme d’identification. Chez les plus jeunes c’est un peu un rite de passage, pour être inclus dans la communauté. »

> À lire aussi : Le culte de la blancheur en Asie

Pour faire de meilleures gâteries ?

Les journalistes occidentaux qui sont allés à la rencontre de ceux qui avaient succombé à cette mode ont également appris qu’il y avait surtout une deuxième raison pour laquelle ils se faisaient enlever des dents, c’est ce qu’on appelle le « passion gap », (le gouffre de la passion, en français). Cet espace dans la bouche permettrait de mieux embrasser et de faire certaines gâteries.

> À lire aussi : Cet handicapé moteur porte des briques avec les dents pour gagner sa vie

Crédits : RB/AFP

En savoir plus sur : - - -

Publié par Nicolas F le 15 Juin 2019
 
0