Cette blogueuse mode refuse de s’épiler: découvrez pourquoi elle veut garder ses poils !

Dana Suchow est une blogeuse mode pas comme les autres. Elle est poilue. Interviewée par Brut, elle raconte pourquoi elle garde ses poils et pourquoi il est important pour elle de montrer son corps tel qu’il est et non comme la société voudrait qu’il soit.

>>> A lire aussi: nos VRAIS conseils pour être une bombe à la plage ( et envoyer chier toutes les pressions sociales) 

Les femmes ont des poils

Parmi les diktats auxquels les femmes sont soumises par le monde de la mode ou la société on retrouve bien souvent l’image de la femme jeune, mince, avec une poitrine proéminente et un beau fessier. Cette image de la “soi disant femme parfaite” est de plus en plus combattue.  De nombreuses personnalités ont a coeur de montrer les femmes comme elles le sont vraiment c’est à dire ronde, mince, noire, blanche, asiatique, grande, petite, hétérosexuelle, lesbienne, avec des vergetures ou avec des poils.

En effet, alors que le corps de la femme est de plus en plus accepté, à la télévision des femmes de diverses morphologies sont représentées, jamais encore une femme est apparue, fière, les jambes pleines de poils dans une publicité. C’est justement vis à vis de cela que Dana Suchow s’insurge: “Les femmes n’ont pas le droit d’être des mammifères de la même façon que les hommes. Il n’existe aucune représentation du vrai corps des femmes et cela m’affecte au quotidien“.

Alors que nos amis masculins peuvent montrer avec fierté leurs jambes et torses poilus, les femmes, elles,  sont obligées de se raser ou de s’épiler pour éviter d’être mal vue par la société. “Je n’aime pas me raser, j’aime le respect que les gens auront à mon égard parce que j’ai les jambes rasées” explique Dana Suchow. Car en effet, ce n’est pas un plaisir de s’épiler, c’est une norme sociale. Une femme s’épile car les poils sont considérés comme masculins, ce qui n’a aucun sens, puisque les poils n’ont jamais été un attribut uniquement masculin, c’est tout simplement une caractéristique de TOUT les mammifères.

>>> A lire aussi: “Je m’en bats le clito” : Le livre féministe qui libère tout vos complexes 

Une société hypocrite

Pourtant, aujourd’hui, le fait que les femmes s’épilent n’est pas seulement accepté, c’est quelque chose normale et quasi implicitement obligatoire. Lorsque l’on voit une femme dans la rue, en short avec des poils, on la dévisage, on murmure autour d’elle, alors qu’en réalité il n’y a rien de plus normal.

Si nous agissons ainsi, c’est tout simplement parce que la société nous a poussé à penser de cette manière: “Les gens pensent que les publicités ne les affectent pas. Ils pensent être plus intelligents que ça, alors que, soyons honnêtes, les entreprises dépensent des milliards de dollars par an pour pénétrer dans votre cerveau et vous faire croire que vous n’êtes pas assez bien” déclare Dana Suchow, et elle n’a pas tort.

Jamais une femme n’a été représentée à la télévision, dans une publicité ou au cinéma avec des poils. Même dans les publicités pour les rasoirs les femmes n’ont pas de poils. Elles se passent le rasoir sur une peau plus lisse que celle d’un bébé, comme si la vue d’une femme avec des poils était interdite. On aperçoit le même genre de censure au cinéma: qu’elles soient perdues sur une île déserte depuis 3 semaines ou qu’elles vivent au XVémé siècle, jamais une femme n’affiche ses jambes poilues, comme si cela n’existait pas.

Ainsi, Dana Suchow souhaite pousser les gens à se rendre compte de cette “manipulation“, et, loin d’appeler les femmes du monde entier a arrêter de s’épiler elle souhaite les pousser à faire ce qu’elles veulent: “Faites ce dont vous avez besoin pour vous sentir à l’aise heureuse et saine dans votre corps”. Épilée ou pas, faites ce qu’il vous plait, mais faites le pour vous.

>>> A lire aussi: La pénétration au centre du rapport sexuel: un concept dépassé a déconstruire

Publié par Delphine le 09 Aug 2019
0