« Si je t’avais dit que j’étais mariée, t’aurais couché avec moi ? » : on connait le consentement sexuel, mais qu’en est-il du consentement affectif ?

 

Avez-vous déjà entendu parler de consentement affectif ? Nous non plus avant que le compte Instagram Tubandes aborde le sujet dans un post Instagram.

« Si je t’avais dit que j’étais mariée, t’aurais couché avec moi ? »

Le compte Instagram Tubandes rassembles des témoignages d’hommes sur leur sexualité. On y parle de rapports sexuels, de tolérance et même de féminisme. Mais il y a quelques jours, Guillaume (le créateur du compte) a évoqué un sujet dont on parle peu et qu’on pourrait appeler le consentement affectif. Son post fait suite à une conversation que lui a fait parvenir un abonné. Le jeune homme entretenait depuis deux mois une relation avec une femme qu’il pensait célibataire. À une soirée, il s’est rendu compte, par des amis communs, que cette femme était en réalité mariée. Cela l’a profondément blessé. Quand il en a parlé avec elle, elle n’a pas semblé comprendre sa peine.

Dans les messages de cette femme, on apprend qu’elle est en relation libre avec son mari. Mais pour autant, elle n’avait pas prévenu Tristan de son engagement. On peut lire : « Si je t’avais dit que j’étais mariée, sincèrement t’aurais couché avec moi ? » . « Justement je me serai barré, t’a joué avec moi, tu m’a utilisé pour ton petit plaisir perso » répond Tristan. On sent que ce mensonge l’a profondément blessé. Sans parler de rapports sexuels, il a confié des choses à cette personne, s’est imaginé construire une relation avec elle. Cela dépasse son consentement car il n’avait pas l’intention de s’engager avec une personne déjà mariée.

>> À lire aussi : Deepnude ou la terrible application qui déshabille les femmes sans leur consentement

View this post on Instagram

Petit screen d’une conversation d’un abonné. -> J’aimerais exposer une autre vision du consentement qui n’est pas visible aux yeux de tous. ✔️ On parle souvent de consentement et dans le mot "consentement" on pense souvent, à tort et à travers, que le consentement n’a lieu qu’au moment de l’acte sexuel. ✔️ Évidemment le consentement sexuel est l'accord qu'une personne donne à son partenaire au moment de participer à une activité sexuelle.  Ce consentement doit d'abord être donné de façon volontaire, c'est-à-dire qu'il doit s'agir d'un choix libre et éclairé. Si le choix n'est pas libre et éclairé, le consentement n'est pas valide. Mais le consentement se place aussi bien avant le moment du rapport sexuel. ✔️ Choisissons le prénom mixte "Camille". Si demain vous rencontrez Camille, elle vous dit qu’elle est célibataire. Vous couchez donc pour vous avec Camille qui est célibataire.  Mais vous n’avez pas consenti à coucher avec Camille qui est marié.e et qui a 2 enfants. ✔️ Mentir de façon stratégique, sur nos intentions, pour amener la personne à coucher avec nous n'est alors rien de moins qu'une ruse. ✔️ Faire croire à l’autre personne qu’on cherche l’amour quand on ne veut qu’un plan cul, pour la jeter par la suite ou lui faire croire, lors d'une date qu’on est célibataire alors que non : c’est abuser de son consentement.✔️ En mentant sur votre situation, vous ne savez pas si vous être en train de respecter le consentement de l’autre personne ou pas.✔️ Parce que vous ignorez ce qui est une condition déterminante du consentement pour l’autre. ✔️ Au moment de l'acte sexuel, on ne sait pas si la personne était consentante pour coucher avec Camille 2 enfants marié.e, elle était consentante pour Camille célibataire. ✔️ Mais, si il.elle avait su la vérité dès le début, aurait-il.elle consenti pour coucher avec Camille qui a 2 enfants et qui est marié.e ?

A post shared by ÊTRE UN "HOMME" ?💭 (@tubandes) on

Quand le consentement dépasse la question du sexe

Peut-être que ce genre d’aventure vous est déjà arrivé. Pas forcément avec une personne mariée ou en couple mais tout simplement avec quelqu’un qui vous ment sur sa vision du couple. Par exemple, quelqu’un qui vous dit vouloir être en couple alors qu’il cherche uniquement un plan d’un soir. En soi, c’est un mensonge et il peut avoir des conséquences comme la perte de confiance dans l’autre sexe. Ce n’est pas une approche du consentement que l’on a l’habitude de voir. En général, on se concentre sur le consentement sexuel, qui est primordial, mais pas sur ce qui se passe avant.

consentement affectif

>> À lire aussi : Pédophilie : témoignage choc d’un pédophile

Une pratique dangereuse

Dans les commentaires, de nombreux et nombreuses internautes ont remercié Guillaume d’avoir abordé le sujet. Beaucoup ont raconté des expériences similaires qui leur étaient arrivé et quasiment tous ont avoué qu’ils n’avaient jamais entendu parler de ce sujet. Certains on également rappelé que sur le plan sanitaire cette situation aurait pu être dangereuse. La femme étant en relation libre avec son mari, ce dernier à aussi d’autres partenaires sexuelles. Et on ne peut jamais être sûr qu’ils se protègent. « Les MST ne se transmettent pas que par pénétration. Et soyons honnêtes, très peu de personnes se protègent lors du sexe oral «  écrit ainsi Guillaume sous un des commentaires. Ne serait-ce que pour cela, il est important de dire à votre future conquête si vous êtes déjà en couple. Et surtout, protégez-vous !

>> À lire aussi : Les 10 aphrodisiaques les plus puissants (et simples à se procurer)

En savoir plus sur : - -

Publié par Constance le 01 Août 2019
 
0