Drague et déontologie : les sites de rencontres comme seule solution pour tomber amoureux ?

Aujourd’hui, les applications et sites de rencontres présentent une conception de l’amour qui émerge surtout depuis les années 2000. Meetic, badoo, adopte un mec… Et avec la déontologie, la drague ne semble plus permise dans de nombreux métiers. Alors, les sites et applications de rencontres sont-ils devenus les seuls moyens de rencontrer l’amour ? Comment percevoir la déontologie ?

>> À lire aussi : « Quand les seins tombent, je refuse la consultation » : un groupe Facebook de médecins se moquant ouvertement de leurs patients fait scandale

Patients et clients tu ne dragueras point !

Dans chaque métier, une certaine déontologie nous interdit de draguer ou adopter un jeu de séduction avec un client, un patient ou un élève. En effet, les professeurs de fac ont pour interdiction de draguer un ou une de leurs élèves, les médecins et soignants ne doivent pas adopter un jeu de séduction avec un ou une patiente et les caissiers ou conseillers de ventes ne doivent, a priori, pas draguer un client.

Selon les règles et devoirs régissant chaque profession, rares sont les métiers où la hiérarchie accepte que les employés s’adonnent à des jeux de séductions entre eux, ou avec des clients.

>> À lire aussi : Imberbe, il fait quelque chose d’inimaginable pour avoir des poils afin de draguer une fille

La déontologie : une barrière aux rencontres dans le cadre professionnel

On le sait bien, nous passons plus de la moitié de notre journée au travail. Et après notre journée, nous désirons nous reposer un peu, voir nos amis ou bien nous coucher. Entre les horaires décalés, les heures supplémentaires ou la fatigue que notre métier nous inflige, il est parfois difficile de faire des rencontres amoureuses ou amicales. Alors que la déontologie refuse catégoriquement de draguer un(e) patient(e) ou un(e) client(e), la profession enferme finalement chacun dans une prison imposée par les règles du patron.

Il est important de préciser que draguer un patient lorsque nous sommes aide-soignant, cela est à la fois gênant et déconcertant, surtout dans une profession de santé où les patients se retrouvent parfois dans des situations délicates. Le travail, ce n’est pas un lieu de drague et de rencontre, c’est certain. Mais dans le cas où notre métier nous permet d’être au contact des gens, il y a toujours ce « risque » d’avoir un coup de foudre.

Professeurs, médecins, avocats ou vendeurs : Aucun traitement de faveur !

Nombres de professeurs d’universités ont été virés pour avoir entretenu une relation avec un(e) élève. De même pour les médecins, où la tolérance zéro est de rigueur. « On considère qu’un médecin qui a examiné un patient, même une seule fois, a pu découvrir des traits de caractère, un contexte psychologique particulier, voire une pathologie plus sérieuse au niveau psychiatrique » explique un médecin. À partir de là, le médecin peut être accusé d’abus de faiblesse et de confiance envers son patient s’il tente un rapprochement. Pour les vendeurs et caissiers, cela est un peu différent. Bien que les managers tolèrent parfois les jeux de dragues, les règles des entreprises sont strictes : pas de jeu de séduction, pas de pot-de-vin ni de cadeau de la part de clients, au risque de perdre son emploi.

Les réseaux sociaux : une arme de dénonciation ou d’acharnement ?

Sur les réseaux sociaux, la déontologie semble devoir être respectée. Et lorsqu’un médecin ou un aide-soignant se permet d’envoyer un message à une de ses patientes pour exprimer une attirance, la famille de cette dernière n’hésite pas à exposer le problème en place public, comme un bâton tendu pour battre le professionnel de santé. Alors que Twitter est le plus grand réseau social de dénonciation, les twittos n’hésitent plus à s’acharner, insulter ou rechercher le coupable pour qu’il paye. De là en découle parfois une véritable chasse à l’homme, alors que le geste, bien que parfois maladroit, était inoffensif.

Les sites et applications de rencontres comme seules solutions à l’amour ?

Finalement, quand la déontologie empêche un professionnel d’aborder un(e) patient(e) ou un(e) client(e) , cela complique grandement ses interactions sociales et ses rencontres « amoureuses » . On ne parle pas de l’aide-soignant(e) qui veut juste coucher avec vous, mais de la personne qui vous courtise afin de faire votre connaissance. De vive voix et sur le lieu de travail, c’est impossible. Par message privé sur les réseaux sociaux, c’est mal vu. Et attendre qu’un client ou un patient soit à l’extérieur du bâtiment ou du magasin, ça fait un peu pervers.

Résultat de recherche d'images pour "sites de rencontres"

Alors il reste toujours une solution : se connecter sur les sites et applications de rencontres. Mais dans cette société où l’amour se trouve finalement seulement grâce à un peu de 4G et les multiples applications sur le téléphone, les interactions sociales et les « belles » rencontres se perdent. Aujourd’hui, la facilité des rencontres et la recherche de plus en plus abondante de « plan cul » n’aide pas vraiment à donner une bonne image des sites et applications de rencontres. Mais si votre profession vous interdit de draguer ou répondre aux avances d’un patient, alors il ne reste qu’à sortir dans les bars, ou se connecter sur les différents sites et applications.

Meetic, Badoo, Adopte un mec sont devenus les maîtres en terme de rencontre, en partie car la déontologie empêche certaines rencontres. Les avis divergent beaucoup sur cette question de déontologie et de drague au sein de notre métier.

Et si un « non » suffisait ?

Les interactions dans la société actuelle sont de plus en plus difficiles. Le coup de foudre existe, mais doit se contrôler, et ne surtout pas être sur un lieu de travail. Selon la loi, un médecin, un avocat ou un professeur ne doivent pas draguer un client, patient ou élève. Mais une controverse se met en place autour de cette question. L’amour n’a rien à faire sur un lieu de travail, et pourtant, ce même amour ne se contrôle pas toujours.

La déontologie a été mise en place à cause de certains comportements abusifs de la part de professionnels. À travers ce sentiment égoïste où nous plaisons forcément à la personne qui nous a tapé dans l’œil, nous avons tendance à abuser et nous lancer dans un jeu de drague abusif et très lourd. Si un « non » suffisait à stopper la tentative de drague de votre médecin, professeur de fac, du caissier de Mango, Jules ou Carrefour… Alors l’interdiction de draguer sur le lieu de travail n’aurait peut-être jamais vu le jour. Et si désormais, la drague est rapidement perçue comme lourde et gênante, c’est encore une fois à cause de comportements abusifs depuis maintenant plusieurs décennies.

>> À lire aussi : DRAGUE : 82 conversations Tinder qu’on aurait voulu ne jamais lire…

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Jessy le 18 Jan 2020
0