La Californie vote une loi contre la discrimination raciale fondée sur les cheveux

En février dernier, la Commission des droits de l’homme de la ville de New York a publié de nouvelles directives pour protéger les individus contre la discrimination raciale fondée sur leur cheveux. Afro, dreadlocks, ou tissages, en Californie il est désormais interdit par la loi de discriminer des personnes vis a à vis de leur coiffure.

afro cheveux

En vertu de la préface de la loi sur les droits de l’homme de la ville de New York qui interdit les discriminations raciales, les personnes reconnues coupables de l’infraction pourraient être passibles d’amendes pouvant atteindre 250 000 dollars. New York est considérée comme la première municipalité à avoir introduit un système de police pour améliorer l’impartialité parmi les porteurs de coiffure naturelle, et la Californie est en passe de devenir le premier État à en faire de même.

>>> A lire aussi: 40 remarques qui perpétuent le racisme ordinaire compilé par Mais non c’est pas raciste 

La Californie est le premier Etat à interdire la discrimination raciale basée sur les cheveux

Jeudi dernier, l’Assemblée californienne a voté à l’unanimité la loi CROWN (Create a Respectful and Open Workplace for Natural Hair, c’est à dire « créer un espace de travail respectueux et ouvert d’esprit pour les cheveux naturels » ). C’est un projet de loi qui interdit aux employeurs et aux écoles d’appliquer des politiques discriminatoires. Selon le New York Times, le projet de loi a été présenté par la sénatrice de l’État de Los Angeles, Holly Mitchell, qui dit avoir entendu directement des électeurs dont les enfants ont été touchés par les préjugés sur les cheveux naturels. 

« Ce projet de loi a vraiment touché une corde très personnelle parce qu’il y a quelque chose de si profondément offensant sur le plan intime quand on vous dit que vos cheveux, dans leur état naturel, ne sont pas acceptables » a déclaré Mitchell dans une interview. « J’ai entendu des parents dont les enfants ont été renvoyés de l’école parce qu’on leur a dit que leurs cheveux étaient indisciplinés » . 

holly Mitchell

Sénatrice Holly Mitchell

>>> A lire aussi: Une streameuse coréene est victime de racisme au restaurant 

Dans certains États Américains, des coiffures comme les dreadlocks ou les afros sont interdites

En dépit d’être des coiffures populaires pour les afro-américains, les tissages, les afros ou les dreadlocks sont interdits à travers les USA dans un certain nombre de lieux. Récemment, un propriétaire de piscine de Caroline du Nord s’est fait violemment critiquer pour avoir affiché des règles racistes qui interdisaient l’accès aux bassins aux clients portant des tissages ou des afros.

La sénatrice Holly Mitchell, qui porte ses cheveux naturels depuis plus de 20 ans veut voir les choses évoluer. « Les filles noires sont renvoyées chez elles parce que leurs cheveux ne respectent pas le code vestimentaires de l’école. Je ne sais pas comment c’est arrivé, mais j’espère que ça n’arrivera plus« .

>>> A lire aussi: Découvrez les 10 plus belles coiffures de mariage !

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Delphine le 08 Juil 2019
 
0