#MonPostPartum : un hashtag sur Twitter sur lequel les femmes racontent le post-accouchement

Dans une interview donnée à Konbini en début de semaine, Masha, une jeune mère de 22 ans raconte sa période qui a suivi l’accouchement. Cette blogueuse très active sur Instagram, a créé le hashtag #MonPostPartum pour libérer la parole des femmes et casser le mythe des femmes parfaites que l’on voit sur les photos. En quelques jours, ce hashtag est devenu viral et de nombreuses femmes ont témoigné.

À lire aussi : 68 étudiantes déshabillées de force pour prouver qu’elles n’ont pas leurs règles !

Avec #MonPostPartum, Masha libère la parole des femmes

Cette jeune mère qui est rentrée dans l’âge adulte depuis peu raconte les vérités qu’on cache sur la période post-accouchement. Elle dénonce tout d’abord la censure d’une publicité aux États-Unis. Pendant le Super Bowl – événement le plus vu au monde – une publicité pour des couches que les femmes utilisent après avoir donné naissance a été censurée. Masha explique d’ailleurs que ces couches sont difficilement trouvables en France. La publicité était jugée trop crue. En effet, peu de femmes le savent mais des saignements sont très fréquents pendant plusieurs semaines après l’accouchement.

« On a deux escalopes entre les jambes »

« En laissant le hashtag on a voulu sensibiliser ces expériences, pour qu’elles ne soient pas choquantes mais normales » , raconte Masha. « C’est important de visibiliser ça, il ne faut pas que ça choque » . La jeune femme montre ici une vraie volonté de dévoiler la vérité. Elle ne veut pas choquer, mais simplement expliquer ce qui se passe vraiment. Dire ce que l’on ne nous dit pas.

« Sur Instagram, les jeunes mamans publient des photos très belles qui donnent envie, mais ce qu’on ne voit pas, c’est l’envers du décor » . Ce que l’on ne voit pas justement c’est le sang, les larmes ou encore les jours sans dormir raconte la blogueuse. « La vulve va faire un oedème qui va gonfler. On a l’impression d’avoir deux escalopes de poulet entre les jambes » , dévoile Masha. « C’est hyper stressant quand on n’est pas prévenu » ajoute-t-elle. Autant de phénomènes encore méconnus du grand public que cette mère d’une petite fille veut faire éclater au grand jour.

La parole des femmes se libère grâce à #MonPostPartum

En lançant ce mouvement sur Twitter, Masha souhaitait que la parole des femmes se libère. Et c’est chose faite. On retrouve de nombreux témoignages de mères qui ont toutes vécu des problèmes durant ou après l’accouchement. Beaucoup de ses femmes se plaignent d’un partenaire peu compréhensif après la naissance, qui aimerait re-pratiquer au plus vite des activités sexuelles. Certaines parlent d’un personnel médical peu prévenant et de médecins hommes qui traitent les femmes de « chochotte » ou « petite chose » .

D’autres jeunes femmes, pas encore mère de famille, remercient le hashtag, qui leur permet d’apprendre des choses ou blâment l’éducation sexuelle en France. « J’aimerai sincèrement que l’éducation sexuelle ne se résume pas à mettre un préservatif sur un manche à balais devant une trentaine d’élèves… » , explique l’une d’entre-elles. « On devrait partager nos vécus et sortir grandies de ces expériences » , conclue Masha.

À lire aussi : Faire l’amour pendant les règles : la marche à suivre !

En savoir plus sur : - - -

Publié par Tom le 23 Fév 2020
0