Précarité : bientôt un chèque fruits et légumes pour les foyers les plus modestes ?

Mangez cinq fruits et légumes par jour ! Quand on peut… Car aujourd’hui, de nombreux foyers ne peuvent pas se permettre d’acheter ce type de produit tout simplement parce qu’ils coûtent trop cher ! Et pour faire face à cette précarité grandissante, une association interprofessionnelle interpelle le gouvernement pour la création d’un chèque fruits et légumes.

>> À lire aussi : Allocations chômage : les changements auront de lourdes conséquences sur vos indemnités

Précarité : le retour à une alimentation équilibrée

Si le programme national de nutrition et de santé encourage les foyers à manger cinq fruits et légumes par jour, il en va tout autrement dans la réalité. En effet, nombreuses sont les familles en situation de précarité et qui ne peuvent pas se permettre ce type de folie. D’ailleurs, le verdict du 13e observatoire du prix des fruits et légumes et de l’association Famille Rurale est sans appel ! Ils estiment que pour en manger 400 g par jour, il faut en moyenne débourser entre 117 € et 222 € par mois pour une famille avec deux enfants.

C’est la raison pour laquelle, l’association interprofessionnelle des métiers du fruit et du légume en appelle au gouvernement pour la création d’un chèque à destination des « populations en grande difficulté. » Ainsi, cela leur permettrait de varier l’alimentation pour un meilleur état de santé. Par ailleurs, ils affirment que « plusieurs programmes de ce type ont déjà fait leurs preuves dans d’autres pays. »

>> À lire aussi : Contrôle des chômeurs : des sanctions bien plus sévères que prévu

Des fruits et légumes à bas budget

Par ailleurs, pour faire face à cette précarité grandissante, cette association propose même d’accompagner les chèques fruits et légumes de « cours de cuisine » afin que les familles apprennent à préparer des repas équilibrés, à mini-prix. Pour rappel, l’idée n’est pas nouvelle puisque déjà, le Ministère de la Santé avait proposé ce type de programme entre 2006 et 2010. À l’époque, il était question de bon d’achat sur les fruits et légumes « ciblés si possible sur les populations faibles consommatrices, afin d’encourager la découverte de ces produits. »

Sauf qu’aujourd’hui, il s’agit plus que jamais d’une urgence ! En effet, en 2018, le Secours Populaire affirme que plus de la moitié des personnes qui gagnent moins de 1200 € par mois auraient des difficultés à se nourrir et plus principalement, de fruits et de légumes tous les jours.

Un supermarché de Nouvelle-Zélande prend une belle initiative

En savoir plus sur : -

Publié par Claire le 26 Fév 2020
0