Le prix de ce poulet importé de la métropole provoque la colère des Antillais !

Grosse polémique Outre-mer ! Récemment, le député de Guyane, Gabriel Serville, publie la photo d’un poulet vendu 51 € en magasin ! Un prix bien évidemment exorbitant et qui déclenche la colère des internautes. Une réaction à découvrir dans la vidéo ci-dessous :

>> À lire aussi : Nabilla : le prix exorbitant de ce cadeau de Thomas Vergara déclenche la colère des internautes

Un prix exorbitant pour un poulet de métropole

Tout le monde le sait, la vie dans les régions d’Outre-mer n’est pas donnée ! Mais de là à vendre un poulet au prix de 51 €… Et pourtant, c’est exactement ce qui s’est passé dans le rayon d’un magasin Super U. Pour preuve, le tweet du député de Guyane, Gabriel Serville, qui provoque l’indignation générale.

« Bonjour @ULesCommercants. N’avons-nous pas des filières d’élevage aux Antilles Guyane pour importer par avion des poulets facturés 51 euros alors que 20% des Antillais et 45% des Guyanais vivent avec moins de 420 euros par mois.» Alors évidemment, les commentaires bon train avec par exemple : « Mais qui paye 51 euros le poulet ? Même déjà rôti il coûte pas 51 euros en métropole », « Le poulet à ce prix, j’espère qu’il était en business class avec une coupe de champagne dans l’avion.»

>> À lire aussi : Cet homme découvre une pépite d’or estimée à un prix exorbitant

La réponse de Système U

Face à cette polémique autour du prix du poulet vendu 51 €, la chaîne de magasins Système U répond. « L’explication de ce prix est malheureusement simple : il n’y a pas de production locale, et des poulets bio, ce sont des poulets qui prennent l’avion. Ce poulet, en métropole, est vendu 10,75 euros le kg, mais lorsqu’on l’achemine par voie aérienne, le kg de marchandise coûte 12 euros à transporter, donc pour un poulet de 2 kg on arrive à un prix de 45 euros, auxquels s’ajoutent des taxes, des frais de commercialisation et la marge du commerçant. D’où un prix final de 51 euros.»

Mais du côté du député Gabriel Serville, ça ne passe pas ! « En mars, j’ai écrit à Edouard Philippe pour demander du concret pour lutter contre la vie chère alors que les grandes surfaces se gavent avec des marges jusqu’à 55% sur les produits de consommation courante aux Antilles Guyane. Pas de réponse.» Pire encore, il explique qu’une loi a été votée en 2012 pour privilégier la production locale. Mais visiblement, elle n’est pas appliquée « faute de décrets d’application. » D’ailleurs, il faut savoir qu’en moyenne, les prix sont 12 % plus élevés que dans la métropole avec, 19 % à Mayotte et jusqu’à 38 % en Martinique.

En savoir plus sur : - -

Publié par Claire le 20 Jan 2020
0