StopCovid : très mauvaise nouvelle au sujet de l’application…

Lancée le 2 juin dernier, l’application de traçage StopCovid n’a pas convaincu les Français. Peur de donner ses informations ? Entre suspicions et polémiques, l’application ne séduit pas.

StopCovid est un échec

>>> À lire aussi : Si vous avez cette application sur votre téléphone Android, vous feriez mieux de la supprimer !

StopCovid téléchargé moins de 2 millions de fois

L’application de traçage StopCovid a été téléchargée par 1,7 million de Français, ce qui revient à moins de 2% de la population. Gratuite, l’application permet de déterminer si vous avez été en contact avec une personne positive au Coronavirus. Cet échec permet de ne pas exploiter l’outil comme il le faudrait. En effet, il est nécessaire que 10% des Français téléchargent l’application pour partager efficacement les données et maîtriser réellement le Covid-19.

Le secrétaire d’État au numérique, Cédric O partage sa déception : « Aujourd’hui, vu la faiblesse de l’épidémie, l’utilité de l’application est relative ». Mais il ne lâche rien : « On va continuer à faire en sorte qu’il y ait des gens qui la téléchargent, éventuellement envisager des évolutions, et puis si jamais il y a une deuxième vague, il faudra prendre un certain nombre d’initiatives pour repousser l’installation de l’application ».

>>> À lire aussi : Pékin : face à la deuxième vague, la ville prend une décision radicale

StopCovid comporte une faille

La récolte des données inquiète énormément les Français. Alors que le gouvernement avait promis de faire attention aux données grâce à un décret, Mediapart révèle que StopCovid capte en réalité beaucoup plus d’informations que prévu. Si vous êtes positif, l’application doit envoyer au serveur les données concernant deux personnes qui se sont croisées à moins d’un mètre pendant 15 minutes. Or, l’outil envoie ces informations à tous ses contacts peu importe la distance et le temps, confirme Gaëtan Leurent, chercheur à l’INRIA.

Cédric O ne dément pas cette faille : « Tous les quarts d’heure, un nouvel identifiant est attribué à chaque appareil (…) Ainsi, un contact qui ne durerait que cinq minutes pourrait être la suite d’un contact de douze minutes: deux contacts que seul le serveur est capable de relier pour comprendre qu’il s’agit, en réalité, d’un seul, de 17 minutes, donc à risques ». De son côté l’Allemagne comptabilise 6,5 millions de téléchargements pour ce même type d’application.

>>> À lire aussi : Un manteau en cuivre qui protège des microbes, pourrait tuer le Coronavirus

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Justine le 18 Juin 2020
0