« On n’a pas à débattre de la vie sexuelle d’une femme sur la place publique, on fait pas ça pour les hommes » : Zahia Dehar livre un message fort sur la liberté sexuelle des femmes

 

 

En pleine promotion pour son rôle dans le film « Une fille facile » , Zahia Dehar était l’invitée de Quotidien avec la réalisatrice, Rebecca Zlotowski, ce jeudi. Durant l’interview, elle a évoqué la liberté sexuelle comme vecteur de l’émancipation des femmes. 

Alors que le grand public avait déjà pu l’apercevoir dans le film de Marilou Berry, Joséphine s’arrondit, Zahia Dehar se retrouvera dans le prochain long-métrage de Rebecca Zlotowski, au cinéma le 28 août prochain. En promotion, la jeune femme de 27 ans est venue sur le plateau de Yann Barthès pour parler du film et évoquer le féminisme pro-sexe en déconstruisant les clichés sur la sexualité des femmes. 

>>> À lire en plus : Nos VRAIS conseils pour être une bombe à la plage (et envoyer chier toutes les pressions sociales)

Zahia Dehar : « Si pour obtenir du respect, il faut se travestir en homme, c’est bien la preuve que la femme gêne encore dans cette société »

Evoquant son personnage sulfureux et séduisant, aux côtés de Benoît Magimel et Clotilde Courau, Zahia Dehar a dévoilé un message puissant sur l’émancipation des femmes par le biais de la liberté au lit et de pouvoir faire ce qu’elles veulent de leur corps« La période de l’Inquisition est révolue pour les hommes, pas pour les femmes. »

Avec une voix hypnotisante et une beauté implacable, elle se lance dans un discours engagé pour les femmes : « J’aimerais bien un jour avoir un rendez-vous professionnel sans me poser la question : est-ce que j’ose porter ce décolleté ou pas ? Est-ce que je vais être prise au sérieux ou pas ? J’ai envie de me faire respecter en mini-jupe et talons aiguilles. Si pour obtenir du respect, il faut se travestir en homme, c’est bien la preuve que la femme gêne encore dans cette société. » Face à ces paroles, la réalisatrice n’a pas hésité à l’applaudir, suivi par un applaudissement général du public.

>>> À lire en plus : Zahia Dehar : ses pensées suicidaires après l’affaire Ribéry/Benzema

Un discours respirant le féminisme pro-sexe

Lors du Festival de Cannes, en mai dernier, Zahia Dehar avait été sous le feu des projecteurs avec son discours engagé et inspirant pour toutes les femmes. Pour Konbini, elle s’était livrée sur son envie de faire changer les choses : « Dans la vie privée, il doit y avoir une égalité entre la femme et l’homme. On n’a pas à débattre de la vie sexuelle d’une femme sur la place publique, on fait pas ça pour les hommes » clame t-elle « Dans la société d’aujourd’hui, on range la femme dans des cases: les femmes convenables, celles qui méritent et les femmes bannies de cette société. Ces dernières sont les trainées, les filles faciles. On leur reproche quoi finalement ? C’est de s’épanouir dans leur vie sexuelle comme l’homme et ça dérange. »

>>> À lire en plus : « Je suis épuisée et terrorisée » : le collectif féministe, Paye Ta Shnek, prend fin après sept années à dénoncer le sexisme

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Églantine le 28 Juin 2019
 
0