Touché par le coronavirus, un célèbre animateur révèle avoir contaminé la moitié de ses collègues

Touché par le coronavirus fin janvier, Bernard de la Villardière se confie. Le célèbre animateur de M6 revient sur ses symptômes ressenti fin janvier alors qu’il ne connaissait pas encore le virus. Il constate par la suite la crise que le covid-19 a généré partout dans le monde. Celui qui incarne Enquêtes Exclusives était l’un de ceux qui étaient contre le confinement. Propos recueillis par Damien Canivez, pour Le Figaro

animateur bernrd de la villardière

A lire aussi : Lio : elle dévoile ses parties intimes et provoque le scandale sur la toile ! (vidéo)

L’animateur est inquiet

« Je suis résigné, révolté et inquiet. Résigné car cette crise montre que l’homme n’est pas grand-chose face à la nature. » rappelle l’animateur. Il explique par la suite avoir certainement attrapé le coronavirus fin janvier, en Russie. Un pays pourtant relativement peu touché aujourd’hui. Ce jeudi, la Russie recense 8 600 cas dont 63 décès.

« Outre la perte de goût et un gros coup de fatigue, j’ai développé de la fièvre et une toux pendant une douzaine de jours » , raconte Bernard de la Villardière. « Comme je ne savais pas que c’était ce virus, je n’ai pas pris les précautions d’usage à mon retour et j’ai malheureusement contaminé la moitié des gens qui travaillent avec moi… Je me console de ma légèreté en me disant que nous sommes immunisés. Je reste évidemment inquiet pour mes proches et les Français. »

Une crise pour aller de l’avant

Pour Bernard de la Villardière, la France et son gouvernement devront tirer des leçons de cette crise et savoir en profiter. « Nous abordons toujours les problématiques de santé par le prisme des coûts » , déplore l’animateur qui trouve cela absurde. « La population française vieillit, l’espérance de vie s’accroît, et nous sommes tous de plus en plus soucieux de notre forme. Donc les dépenses ne peuvent que progresser. Il faut faire de cette demande de sécurité et de confort sanitaire un facteur de développement économique, au même titre que le secteur de l’industrie ou du tourisme… »

Le confinement était « une mesure excessive » pour l’animateur

Sceptique au départ, le confinement est finalement une bonne chose pour Bernard de la Villardière. Il estimait « que le confinement était une mesure excessive« , mais reconnait désormais « que cette mesure fonctionne« . Il met d’ailleurs un point d’honneur à respecter les consignes.

L’animateur qui trouve en revanche navrant cet héroïsme adonné au personnel soignant, « comme s’il fallait se faire pardonner une trop longue indifférence« , explique-t-il. « L’expression ‘héros du quotidien’ me semble excessive et un brin ridicule.  Ce sont des hommes et des femmes qui exercent leur métier avec dévouement et la tragédie actuelle les conduit à se transcender. »

A lire aussi : Qui sont les conjoints des chroniqueurs de TPMP ?

Propos recueillis par Damien Canivez, pour Le Figaro

Publié par Tom le 09 Avr 2020
0