Sept à huit: l’émission vivement critiquée après la diffusion d’un reportage sur une prison abritant des pédophiles (VIDEO)

Comme à l’accoutumée, les téléspectateurs ont pu retrouver Harry Roselmack pour l’émission Sept à huit diffusée tous les dimanches sur TF1. Une partie de l’émission proposait notamment de rentrer en immersion dans une prison à Mauzac où séjournent des pédophiles. Cette fois, les équipes de l’émission ont choisi de filmer les détenus sous un angle inédit et ont préféré s’attarder sur la réinsertion de ces prisonniers à la conduite exemplaire. Cependant, le reportage n’a pas eu l’effet escompté sur les internautes qui ont exprimé leur désarroi sur les réseaux sociaux.

A lire aussi: Un parrain de la mafia sicilienne mange le doigt d’un gardien de prison!

Centre pénitentiaire de Mauzac : une prison pas comme les autres

Lors de l’émission de Sept à huit diffusée ce dimanche 20 septembre, les téléspectateurs ont pu découvrir la prison de Mauzac. Mais contrairement à d’autres établissements pénitentiaires, elle héberge des détenus bien particuliers. En effet, à Mauzac se trouvent exclusivement des détenus ayant commis des actes répréhensibles envers des mineurs.

Mais Mauzac ne se différencie pas uniquement à cause de la population qu’elle abrite, mais aussi à cause des règles qu’elle a mises en place. Au cours du reportage, les journalistes ont tenu à insister sur les conditions presque idéales dans lesquelles étaient incarcérés les pédophiles. Les règles assouplies, l’autonomie des prisonniers et le contact avec l’extérieur sont entre autres celles qui ont fait tiquer les internautes.

Des détenus “trop” bien traités selon les téléspectateurs

Dès le départ, les choses sont claires: les prisonniers gardent sur eux les clés de leurs cellules pendant la journée. Les agresseurs sexuels sont, contrairement aux autres détenus, considérés comme des prisonniers modèles. Une perception qui interloque grandement les téléspectateurs, puisque les délinquants sexuels sont généralement diabolisés par la société.

De plus les pensionnaires de Mauzac bénéficient d’un grand nombre d’activités à l’intérieur du centre mais aussi à l’extérieur. La prison atypique a fait le choix de miser sur la réinsertion des détenus.

Les internautes scandalisés

A Mauzac, 85% des prisonniers sont des délinquants sexuels, plutôt bien perçu par l’administration pénitentiaire car ce sont des détenus modèles. Non-violents, respectueux envers le personnel pénitentiaire, ils ne présentent aucun risque d’évasion (une seule évasion a été recensée depuis l’ouverture de la prison)” , expliquait le reportage. Sur les réseaux sociaux, les internautes n’ont pas vu le reportage d’un bon œil. Scandalisés par la manière dont les prisonniers étaient traités, ils n’ont pas manqué de le faire savoir sur les réseaux sociaux. Ils n’ont pas apprécié le fait que les prisonniers soient représentés comme étant des détenus modèles.

“Ce reportage n’est ni plus ni moins qu’une honte” s’est insurgé un internaute sur Twitter. “Ils vivent leur meilleure vie clairement, ptit logement, ptite pétanque entre copains violeurs et pédophiles, normal” a fait remarquer un autre. “Apparemment en France, vaux mieux violer des enfants que vendre de la drogue!” a durement lancé un autre.

Source : Télé-loisirs

A lire aussi: Auschwitz demande à ses visiteurs de ne plus se déguiser en prisonniers quand ils visitent les camps

Publié par Elodie le 21 Sep 2020
0