Anémone critique Johnny Hallyday : « Il n’était qu’un pantin médiatique » (vidéo)

 

Dans une interview accordée au Parisien, Anémone est revenu sur son désir de raccrocher, mais aussi sur Johnny Hallyday, qu’elle a qualifié de « pantin médiatique ».

 

Anémone n’y est pas allée avec le dos de la cuillère au micro du Parisien. L’actrice, actuellement au Palais des glaces dans la pièce de théâtre Les noeuds au mouchoir, a décidé de se détacher du monde du show-business et de prendre sa retraite : « Ça me fait trop chier. Ce n’est pas le boulot que j’avais choisi. Le fric s’est emparé de tout, partout ! Quand j’ai commencé dans les années 1980, ça allait encore, mais là … »

 

Anémone s’en prend à Johnny Hallyday

Plus que pessimiste, Anémone porte un regarde bien médiocre sur la société française. La mort de Johnny Hallyday par exemple, ne l’a pas attristée contrairement à l’opinion publique, bien au contraire. L’actrice n’y va pas par quatre chemins pour reprocher à Johnny Hallyday ses déboires amoureux et fiscaux : »Johnny Hallyday, il a fait quoi ? A part se déguiser et mentir ? Voter à droite et fuir le fisc ? Il n’a fait que se marier, divorcer, se marier, divorcer … C’est un pantin médiatique. » Des remarques qui ne plairont certainement pas aux fans de Johnny Hallyday …

 

Anémone : des déclarations rares mais frappantes

Pour bon nombre d’entre nous, nous avons connu Anémone dans Le Père Noël est une ordure. Si son personnage Thérèse est du genre timide et ne veut jamais blesser les autres, ce n’est pas le cas de son interprète. En effet, si les déclarations dans la presse d’Anne Bourguignon alias Anémone sont rares, elles sont aussi très marquantes. En 2016, ce sont ses propos sur ses enfants qui avaient choqué l’opinion. Interrogée par  Philippe Vandel sur France Info, elle avait avoué penser qu’elle aurait été beaucoup plus heureuse sans enfants :  » Moi je ne voulais pas d’enfants. Il y avait, il y a toujours, une pression sociale très forte. En gros, on vous fait passer le message que si vous n’avez pas d’enfants, vous n’êtes pas une femme. (…) Et je ne voulais pas d’enfants, mais en même temps mon inconscient le voulait pour ces raisons-là, de pression sociale. J’ai avisé le premier mec qui avait l’air d’avoir un petit peu le profil requis pour faire un bon père et il m’a dit : « Très bien, d’accord. Mais j’en veux aussi un à moi ». C’est comme ça que j’en ai eu deux. Sinon je peux vous dire que je n’aurais jamais eu le deuxième. C’est-à-dire aussi que je m’étais dit : « ben maintenant que ma vie est foutue, un ou deux c’est bien pareil ».  J’ai fait mon maximum. Je me suis appliquée. Je suis une femme de devoir, vraiment.  Mais je n’aurais pas eu d’enfants, j’aurais été beaucoup plus heureuse, beaucoup plus heureuse… »

 

Des propos qui avaient choqué, surtout pour ses enfants.

En savoir plus sur : - - -

Publié par Charlotte Zuber le 22 Déc 2017
 
0