Vacances de la Toussaint : les mauvaises nouvelles qui pourraient tomber à cause du Coronavirus

Les vacances de la Toussaint approchent à grands pas, mais avec le retour du Coronavirus en France, les réservations sont en baisse. Le secteur du tourisme va-t-il encore être une des principales victimes de la pandémie ?

Coronavirus touche durement tourisme

>>> À lire aussi : SNCF : vous pouvez dès aujourd’hui acheter vos billets de train pour les vacances de Noël !

Le Coronavirus met à mal le tourisme

Du 17 octobre au 2 novembre, des milliers de Français vont profiter des vacances de la Toussaint… chez eux. En effet, le cabinet ProTourisme note une baisse des réservations de 50% par rapport à l’an passé. Après un court répit cet été, le calvaire des professionnels du Tourisme ne fait que se reproduire encore et encore depuis l’apparition du Coronavirus.

En effet, la pandémie affecte durement le tourisme puisqu’au mois de septembre, le gouvernement a annoncé la baisse de 49,4% des recettes liées au tourisme étranger début 2020. Le cabinet prévoit également une baisse de 80 % des réservations pour le tourisme à l’étranger, même si les analyses ne sont pas “d’une extrême précision”.

Normalement, “Les vacances de la Toussaint étaient historiquement des vacances où les gens se retrouvaient en famille, venaient fleurir les tombes, et logeaient essentiellement dans des établissements non marchands”, indique Didier Arino, président de ProTourisme. Par la suite, les vacances ont été étendues à 15 jours permettant à de nombreuses familles de voyager.

>>> À lire aussi : Comment bien choisir sa place en avion : les conseils des hôtesses de l’air !

Le Coronavirus donne lieu à de nombreuses incertitudes

Désormais cette croissance pour les acteurs du tourisme, est “cassée” par le Coronavirus. Le tourisme à l’international est plus durement touché par la crise sanitaire. Arino dévoile que “tous ceux qui vendent des séjours à l’étranger sont dans une situation cataclysmique”. Pire, certaines agences de voyages “font seulement 2 % de leur chiffre d’affaires de l’année dernière”. L’inquiétude grandit également pour le secteur du tourisme d’affaires, les voyages et événements étant annulés.

Les billets de dernières minutes vont-ils sauver le tourisme ? Didier Arino constate que “les gens interrogés ne savent pas encore ce qu’ils feront, quels établissements seront ouverts, quel est le risque sanitaire dans leur potentielle destination… Ils attendent de savoir quelles seront les zones rouges, écarlates et celles plus épargnées par le virus.”

De nombreuses incertitudes certes, mais l’espoir est toujours là, confirme le président de ProTourisme : “certaines promotions touristiques ont fonctionné, par exemple, celle que la métropole lilloise a faite auprès des Belges : il y a eu un afflux de Belges pendant l’été, le mouvement a été extrêmement rapide.”

>>> À lire aussi : Il poste un commentaire négatif sur TripAdvisor et risque le pire !

Publié par Justine le 08 Oct 2020
0