Un taxidermiste crée un grille-pain fonctionnel avec un vrai lapin mort

On connait les oiseaux empaillés des musées des sciences naturelles, les trophées de chasse accrochés aux murs et les renards qui décorent les maisons de grands-mères un peu lugubres. Mais on ne connaissait pas encore les animaux empaillés qui ont une fonction utilitaire. Jack Devaney, un jeune taxidermiste, a donné une seconde vie à un lapin, en le transformant en toaster. Regardez dans la vidéo, comment cet étudiant a fabriqué un grille-pain avec un lapin mort.

 

Le lapin mort a droit à une deuxième vie

Jack Devaney est un étudiant en design 3D, à l’Université de Plymouth, en Angleterre. Il avait déjà fait sensation, il y a quelques temps, en fabricant des trousses pour crayons en utilisant des rats morts. Pour Pâques, il a fait encore plus fort, en transformant un vrai lapin mort en toaster. En utilisant une technique de taxidermie peu conventionnelle, il a comme « habillé » un grille-pain en cousant la peau du lapin tout autour de l’appareil. Sans oublier d’ajouter la tête, ses belles grandes oreilles et même ses pattes pour rendre la création encore plus réaliste.

 

Ses créations s’étaient déjà faites remarquer

« Il n’y a rien de pire que commencer sa journée en devant enlever des poils de son petit-déjeuner », écrit-il avec ironie sur Facebook. « Et que penser de sortir son petit déjeuner d’un lièvre ? Voici la création parfaite pour Pâques ». Le toaster est évidemment fonctionnel, c’est ce qui rend utile cette création originale. Encore une création de taxidermie qui va attirer l’attention des médias. À l’époque, la presse lui avait déjà réservé quelques lignes pour parler de sa création de plumiers en rats morts. « Ils sont surtout populaires en Amérique, mais j’en ai aussi vendus en Norvège. C’est génial d’avoir pu en vendre ».

 

Il a une passion pour les animaux morts

Ce jeune homme qui a aussi travaillé comme boucher pour payer ses études a gardé quelques bons gestes pour charcuter les cadavres d’animaux morts. « Je pense avoir réussi à désensibiliser tout le processus. Mais ça veut aussi dire que je sais comment plumer un oiseau ou écorcher un animal ». Jack sait bien que son art peut choquer et ne compte pas en faire son métier, mais il affirme avoir tout de même beaucoup de retours positifs qui lui donnent envie de continuer.

taxidermiste crée un grille-pain lapin

Crédits : Jack Devaney/SWNS

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Nicolas F le 05 Avr 2018
0