Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Accusé de viol, il simule sa mort et s’enfuit du pays. Interpol le retrouve grâce à ses tatouages !

Publié par Celine Spectra le 19 Nov 2022 à 13:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Alors que neuf hommes sont toujours activement recherchés après s’être évadé d’un centre de rétention aux États-Unis, un homme accusé de viol et d’agressions sexuelles a été confondu par ses tatouages en Écosse. Ce dernier avait simulé sa mort pour s’enfuir outre-Atlantique et avait ensuite pris une autre identité.

>> À lire aussi : Coca*ne, voitures volées : Un candidat de télé-réalité condamné à 12 ans de prison, sa femme effondrée

Trahi par ses tatouages, Interpol le retrouve en Écosse

Alors que dans la capitale, un détenu est toujours également recherché après s’être évadé ; un homme affirme être victime d’une erreur d’identité en Écosse. Il va pourtant être renvoyé vers les États-Unis, où il est accusé de viol et d’agressions sexuelles. Ce vendredi 11 novembre 2022, la justice britannique l’a, en effet, identifié comme étant un suspect recherché.

Âgé de 35 ans, l’homme assurait depuis des mois qu’il s’appelait Arthur Knight. Qu’il était né en Irlande et qu’il était orphelin. Finalement, la justice britannique a réussi à prouver qu’il s’agissait bien de Nicholas Rossi. Un Américain recherché aux États-Unis, accusé du viol d’une femme dans l’Utah… Ainsi que d’autres agressions sexuelles.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

>> À lire aussi : Cette surveillante de prison faisait des faveurs aux prisonniers. Elle l’a payé cher !

Accusé de viol, il simule sa mort et s'enfuit du pays. Il est retrouvé grâce à ses tatouages !

Pixabay

Hospitalisé suite à la Covid

Alors que certaines fois, il suffit d’une simple permission pour tenter de s’évader, Nicholas Rossi, quant à lui, aurait simulé sa mort aux États-Unis. Puis se serait visiblement enfuie en Écosse pour éviter les poursuites. Manque de chance pour lui, en octobre dernier, il a eu la Covid et a dû se rendre à l’hôpital. Fiché Interpol, ses tatouages ont permis de l’identifier puis de l’arrêter.

Depuis l’interpellation, il assurait être victime d’une erreur d’identité. Il est même allé jusqu’à affirmer que les tatouages lui avaient été faits à son insu à l’hôpital.

« Pendant les jours où j’étais dans le coma, je n’avais pas le libre arbitre de mon corps. »

Des explications qui, comme vous pouvez l’imaginer, ont été estimées d’« improbables et fantaisistes » par le juge Norman McFayden lors de la procédure. 

>> À lire aussi : « Refus de douche et de promenade » : découvrez le quotidien de Dahbia B., meurtrière présumée de Lola, en prison