En Corée du Sud, des centaines de chiens sont sauvés d’une « ferme à viande »

En Corée du Sud, une association pour la défense des animaux a réussi à faire fermer une « ferme à viande » dans laquelle étaient détenus plus de 200 chiens dans des conditions parfois épouvantables.


 

Cette « ferme à viande », l’enfer pour ces chiens

Au total, ce seront 200 Chihuahuas, corgis, huskies, Yorkshire terriers, caniches, Poméraniens, Shih Tzus et bouledogues français qui seront libérés par les activistes de Humane Society International (HSI). Depuis plus de huit ans, les mieux lotis étaient parqués dans des cages en attendant d’être adoptés. Des chiots ont même été retrouvés sous des planches et exposés à des fils de fer tranchants.

 

 

Quant à ceux qui étaient destinés à être mangés, ils étaient simplement entassés à l’extérieur sous des températures extrêmement froides. Et si jamais ils devenaient trop vieux, ils partaient à l’abattoir. Voilà les conditions dans lesquelles les sauveteurs de l’association HSI ont retrouvé ces animaux. Mais heureusement, ces chiens seront désormais pris en charge par des bénévoles en attendant de trouver une famille d’adoption.

 

 

 

chien-sauvetage-maltraitance

Ce seront 200 Chihuahuas, corgis, huskies, Yorkshire terriers, caniches, Poméraniens, Shih Tzus et bouledogues français qui seront libérés

 

 

Ils ont sauvé des chiens d’une mort certaine

Cela faisait déjà un certain temps que les négociations avaient été entreprises avec l’agriculteur. Finalement, ils réussissent à lui faire signer un accord de 20 ans leur garantissant qu’il restera en dehors de tout commerce de viande. D’ailleurs, le propriétaire avoue que cela fait déjà plusieurs années que son commerce n’est plus rentable. En cause, un changement de mentalité en Corée du Sud puisque les jeunes générations refusent désormais de manger du chien.

 

 

 

Par ailleurs, il ne cache pas sa honte sur son métier. « Depuis le début, toute ma famille s’est opposée à l’élevage de chiens. Toutes mes filles et ma femme veulent que je le ferme, et elles n’ont jamais voulu visiter la ferme. J’ai très honte d’être un éleveur de viande de chien et un éleveur de chiots, alors je ne dis presque rien à personne. » En partance pour le Canada et les États-Unis, ces adorables boules de poils sont désormais entre de bonnes mains.

En savoir plus sur : - - -

Publié par Claire le 15 Fév 2019
 
0