Cris, confinement, intervention de la police et panique : quand un insecte lance une alerte attentat dans un lycée

Ce n’est pas la petite bête qui va manger la grosse, et pourtant, les insectes peuvent parfois faire très peur. Peur, au point de déclencher une alerte attentat au lycée Cézanne d’Aix-en-Provence. Mais alors, il est devenu quoi cet insecte ?

>> À lire aussi : « Extrêmement fort et incroyablement près » : l’histoire touchante d’un enfant après les attentats du 11 septembre 2001

Un bourdon s’incruste en plein cours, mais n’est pas le bienvenu !

Mardi après-midi, au lycée Cézanne d’Aix-en-Provence, le calme règne dans une classe de seconde. Alors que le professeur dicte son cours, un bourdon, visiblement curieux et intéressé par le cours, a pénétré dans la salle. Face à la panique des élèves, le professeur a cependant refusé d’ouvrir la porte pour faire sortir l’insecte, et certains élèves se sont réfugiés au fond de la salle de classe. « On est 31 filles dans cette classe. Certaines ont la phobie des gros insectes. Et le prof ne voulait pas qu’on sorte. Alors on a crié ! » explique une des élèves de seconde.

bourdon

>> À lire aussi : L’incroyable sang-froid d’un professeur américain face à un lycéen armé d’un fusil (vidéo)

Une alerte attentat est lancée par un professeur de philosophie

À l’étage du dessous, les élèves en cours de philosophie entendent des bruits de pas et des cris inquiétants, qui pourraient laisser penser à un attentat. Inquiet, le professeur décide d’appliquer les consignes de confinement prévues en cas d’attentat, comme le relate France bleu. Dans l’inquiétude, certains élèves ont même envoyé des vidéos et SMS à leurs proches, qui ont aussitôt appelé la police.

 

« Il y a eu plusieurs appels en même temps, alors on s’est inquiété et j’ai demandé qu’on appelle tous les équipages disponibles. Y compris la BAC »

Un commissaire d’Aix

 

Rapidement, des agents armés d’un fusil d’assaut pénètrent dans l’établissement, avant d’être interpellés par le responsable de la vie scolaire, qui leur annonce que ce n’était qu’un bourdon.

L’inquiétude 2.0

La situation prête à sourire, et même parfois se moquer de ces élèves qui ont crié tellement fort pour un bourdon, que la police s’est déplacée. Mais une chose est finalement à relever dans cet événement : la peur, l’inquiétude et l’angoisse que vivent, chaque jour, élèves et professeurs, face aux risques d’attentats. Même si les policiers sont intervenus rapidement, un adjoint du commissaire s’est rendu dans la classe où tout a commencé, afin de faire la morale aux élèves.

>> À lire aussi : Paralysie, paranoïa : Buddha Blue, la nouvelle drogue des lycéens aux effets dévastateurs

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Jessy le 10 Nov 2019
0