Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Onze jours après l’enterrement, il reçoit un coup de fil de son fils décédé…

Publié par Nicolas F le 29 Juin 2017 à 15:12
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Imaginez l’ascenseur émotionnel que vient de vivre Frank J. Kerrigan. Alors qu’il essayait de faire le deuil de la mort de son fils, le vieil homme doit gérer la nouvelle : son fils supposé mort l’appel au téléphone. Il est bel et bien vivant !

La suite après cette publicité

 

La suite après cette vidéo

Il reçoit un coup de fil d’outre tombe

La police a appelé Frank J. Kerrigan, 84 ans, pour lui annoncer que son fils avait été retrouvé mort dans la rue. Le corps a été identifié à l’aide d’un fichier d’empreintes digitales. Des dizaines de gerbes sont déposées sur le trottoir où il a été retrouvé, et la famille l’enterre quelques jours plus tard. C’est alors que 11 jours après l’enterrement, le téléphone sonne. Un ami lui dit : « J’ai quelqu’un pour toi », et passe le téléphone. Au bout du fil, il reconnait la voix de son fils : « Salut, papa ».

La suite après cette publicité

(AP)

Personne ne s’est rendu compte que ce n’était pas lui

Les médecins légistes du comté d’Orange en Californie sont à l’origine de la méprise. Ils ont mal identifié le corps retrouvé derrière un magasin de Fountain Valley. Le fils de Frank a 57 ans, souffre de troubles mentaux et vit depuis quelques années dans la rue. En apprenant la nouvelle, la famille a organisé un enterrement qui a coûté 20 000 dollars et a fait venir une cinquantaine de personnes. Lorsque la famille est venue se recueillir autour du cercueil, personne n’a remarqué qu’il ne s’agissait pas de lui. Ayant très peu de nouvelles, et vivant dans la rue, son physique aurait pu changer.

(AP)

La fausse victime est retournée vivre dans la rue

La suite après cette publicité

La famille compte porter plainte contre les autorités qui n’ont pas fait correctement leur travail. D’autant plus que la raison de la méprise n’est pas claire. Il y aurait eu un problème au moment de l’identification faite sur un ancien permis de conduire. Le frère de la supposée victime a aussi arrêté de recevoir les chèques d’invalidité qu’il recevait pour aider son frère handicapé mental. Là aussi, depuis que l’erreur a été révélée, les autorités vont se charger de rétablir les paiements. Il faut savoir qu’après l’incident, l’homme a décidé malgré tout de retourner vivre dans la rue et ne comprend pas comment toute cette histoire a pu tant affecter sa famille.

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.