Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Affaire Grégory : Ce rebondissement qui pourrait enfin permettre de démasquer les coupables !

Publié par Lucie B le 27 Jan 2021 à 10:50
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Mercredi 27 janvier, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Dijon (Côte-d’Or) doit se prononcer sur les demandes de nouvelles expertises, réclamées par Jean-Marie et Christine Villemin, les parents du petit Grégory.

Grégory

À lire aussi : Affaire Grégory : Une nouvelle théorie sur l’auteur du crime émerge !

L’ADN, l’espoir des parents du petit Grégory

Le 16 décembre, les avocats des parents du petit Grégory Villemin, retrouvé mort dans la Vologne, le 16 octobre 1984, ont déposé une demande pour une nouvelle série d’expertises scientifiques. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Dijon se prononce mercredi 27 janvier sur ces demandes. Jean-Marie et Christine Villemin demandent de nouvelles comparaisons génétiques, car neuf profils ADN inconnus sont dans le dossier de la mort de Grégory. Pour l’heure, il y a aucun match avec le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG). Les parents du petit garçon proposent une « recherche en parentèle » sur ce fichier.

En plus de cette nouvelle recherche, les avocats des parents du petit Grégory ont déposé une demande pour que 37 nouveaux prélèvements soient faits, comme l’explique Me Marie-Christine Chastant-Morand. « Pour une affaire de cette ampleur, le nombre de prélèvements est relativement faible. Il n’y en a eu que 373 dont 244 n’ont servi qu’à éliminer d’éventuelles pollutions de scellés. Au final, cela ne fait que 129 personnes dont une centaine de la cellule familiale, plus ou moins éloignée. Nous avons sollicité le prélèvement de 37 nouvelles personnes, principalement dans le milieu professionnel des protagonistes de l’époque » .

L’expertise en stylométrie, toujours pas ajoutée au dossier

En plus de ces nouveaux prélèvements ADN, les époux Villemin ont fait la demande, auprès du parquet de Dijon, pour que soit établi, à partir des ADN inconnus, un portrait-robot génétique. Cette technique d’analyse de l’ADN permet de définir les traits morphologiques, comme la couleur des yeux ou des cheveux. Enfin, les parents de Grégory Villemin demandent que de nouvelles comparaisons soient effectuées sur le papier des lettres du corbeau. « Deux rapports ont fait état de défauts d’impression. Cela pourrait être intéressant de faire des comparaisons avec les cahiers retrouvés chez les uns et les autres » , explique Me Marie-Christine Chastant-Morand.

Face à ces demandes, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Dijon s’était montrée favorable lors de l’audience. Par contre, concernant l’expertise en « stylométrie », commandée il y a 3 ans, et qui met en cause un acteur clé dans cette affaire, elle n’a toujours pas été versée au dossier. « Comme c’est une technique très rarement utilisée, le juge a souhaité avoir des informations complémentaires sur la méthode employée » , déclare une source proche du dossier Grégory Villemin.

Source : Le Parisien 

À lire aussi : Affaire Grégory : Les résultats des analyses de l’écriture des lettres du corbeau ont parlé !

0