Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Affaire Théo : Des nouveaux rebondissements dans l’affaire qui pourraient tout changer !

Publié par Romane TARDY le 07 Oct 2020 à 12:28
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Retour le 2 février 2017. Théo, un jeune homme d’une vingtaine d’années, est grièvement blessé dans la zone anale lors d’un contrôle de police à Aulnay-sous-Bois. Le parquet de Bobigny en charge de l’affaire a requis le renvoi des policiers devant les assises mais a souhaité requalifier les faits qui leur sont reprochés.

La suite après cette publicité

A lire aussi : Nordahl Lelandais suspecté du viol de Maëlys : énorme retournement de situation dans l’enquête !

La suite après cette vidéo

Affaire Théo : Le symbole des violences policières

Nouveaux rebondissements dans l’affaire Théo. Rappelez-vous, le jeune homme avait été grièvement blessé dans la zone anale avec une matraque en février 2017. Le médecin lui a alors diagnostiqué une plaie de 10 centimètres. Cela s’est produit lors d’un contrôle de police dans la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Tout a été filmé par les caméras de surveillance de la ville et les téléphones de quelques habitants.

La suite après cette publicité

L’affaire avait scandalisé tout le pays. Le jeune homme est devenu le symbole des violences policières. L’affaire arrive enfin devant la cour d’assises. Juste avant, le parquet de Bobigny a demandé le renvoi devant la cour d’assises de trois policiers mais a souhaité requalifier les faits qui leur sont reprochés.

Des accusations requalifiées

Le premier paraît pour « violences volontaires avec arme » et les deux autres pour « violences volontaires en réunion par personnes dépositaires de l’autorité publique » . Pour le quatrième fonctionnaire mis en cause, un non-lieu a été réclamé.

La suite après cette publicité

Pourtant, l’un des quatre policiers devait comparaître pour « viol aggravé » mais le parquet a demandé à ce que le crime soit requalifié en « violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une mutilation ou une incapacité permanente partielle » . Les magistrats ont évalué que « les éléments constitutifs du viol n’étaient pas réunis au terme de l’instruction » .

Source : BFM TV

A lire aussi : Un couple de sexagénaires se retrouve ligoté lors d’un cambriolage !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.