Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Kebabs : Ce gros changement qui va perturber les amateurs de ce sandwich

Publié par Brandon Clouchoux le 02 Juil 2021 à 13:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Depuis le 1er juillet, les consommateurs de kebabs ne verront plus un emblème phare du sandwich : les boîtes en polystyrène. La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a mis un point d’honneur sur le problème, lorsqu’elle a visité un fast-food de Nanterre, en banlieue parisienne.

Fini les boîtes en polystyrène pour les kebabs

Une des résolutions de la loi anti gaspillage de 2020 était justement, la limitation maximale du plastique, visant, dans l’idéal à une disparition totale. « C’est une matière qui met 1000 ans à se détruire dans l’environnement, quand un sac plastique met 450 ans » , a affirmé la ministre depuis l’enseigne du fast-food des Hauts-de-Seine, à Nanterre.

Il est important de noter que 350 millions de kebabs sont consommés en moyenne, chaque année : ce qui en fait 11 par seconde. Vous l’aurez compris… Plus il y a de kebabs consommés, plus il y aura d’emballages en quantité phénoménale.

La solution-miracle n’est pas encore proposée mais certaines alternatives recyclables telles que les boîtes en carton, pulpe ou polypropylène expansé peuvent déjà réduire considérablement la pollution du plastique. « On ne va pas trouver de solution parfaite tout de suite, mais c’est une avancée » , déclare Mme Pompili.

>>> À lire aussi : Pollution : Un pot de yaourt datant des Jeux olympiques de 1976 retrouvé sur une plage espagnole

Quelles conséquences sur l’environnement ?

La bouteille d’eau dans le coin de votre table, ou le gobelet que vous avez pris pour boire votre café ce matin… Le plastique fait partie de notre quotidien, et c’est indéniable. Mais pourquoi cet accessoire qui est devenu si indispensable à partir du XXème siècle est-il si mal perçu ?

Le plastique est l‘une des matières qui met le plus de temps pour disparaître : 4 siècles pour se dégrader, sans parler de la contamination qu’il occasionne auprès de la chaîne alimentaire. Chaque année, environ 13 millions de tonnes de plastique se retrouvent agglutiner aux fonds des océans. Les scientifiques ont même donné un nom à ce phénomène « le septième continent plastique » , pour désigner justement cette décharge flottante, située dans l’océan Pacifique.

Pas seulement polluant, le plastique présente un danger pour les animaux. L’ingestion des déchets plastique les tuent, notamment les animaux marins.

La limitation du plastique serait de ce fait, bénéfique pour la nature, comme pour les animaux…

>>> À lire aussi : Pollution : Un cobra régurgite avec difficultés une bouteille en plastique

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.


Inscrivez-vous à la newsletter.
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail