Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

« Pendant l’attentat à Nice, j’ai aidé une femme à accoucher au milieu de la foule en panique »

Publié par Notre Rédaction le 16 Juil 2016 à 14:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Quand la vie s’impose au milieu de la mort…

 

Enrico Colovic a 42 ans et est d’origine Yougoslave. Il a été formé à l’armée et a connu la guerre. Il travaillait en tant que vigile au Ruhl Plage, un restaurant Niçois situé à une centaine de mètre de la promenade des Anglais. Il a raconté cette soirée d’horreur à Metronews et l’accouchement qu’il a pu permettre au milieu de la foule terrifiée grâce à son sang froid : « Juste après le feu d’artifice, j’ai entendu des coups de feu. J’ai tout de suite compris que c’était un attentat. J’ai vu une vague de foule arriver vers moi. Entre 300 et 400 personnes sont venues se réfugier dans le restaurant. C’était la panique. Les personnes sur la plage se jetaient dans l’eau. Les autres se sont réfugiées à l’intérieur, dans les cuisines, les vestiaires, les poubelles…  Il y avait des femmes, des enfants, des personnes âgées. Ça m’a rappelé la guerre. » confie t-il ému.

 

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

« Une femme enceinte s’est même mise à accoucher dans la cuisine. Elle s’était presque évanouie quand les pompiers sont arrivés. « 

 

Enrico conduit alors la femme dans les cuisines climatisées du restaurant et par chance, un médecin se fait connaître au milieu de la foule. Enrico l’assistera pendant plus d’une heure et le bébé naîtra en bonne santé. La maman et son bébé ont ensuite été transporté à l’hôpital.

 

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Mais malgré son sand froid, Enrico avoue avoir craqué quelques heures après l’accalmie alors qu’il était bloqué dans le restaurant car il ne pouvait pas rentrer chez lui : « J’ai pleuré tout seul comme un gamin. C’était trop. Même un agent de police, submergé par ces scènes insoutenables, vient se « passer de l’eau sur le visage. Je n’arrive pas à trouver les mots pour expliquer. En fait, je n’arrive toujours pas y croire »

k