Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Lifestyle

Lors d’une rupture amoureuse, les hommes souffriraient moins que les femmes mais…plus longtemps !

Publié par La Rédaction le 18 Août 2015 à 11:04
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La revue « Evolutionary Behavioral Sciences » a publié les résultats d’une étude de l’université de Binghamton sur les réactions comparées des femmes et des hommes après une rupture.

La suite après cette publicité

 

Bases de l’étude

5705 personnes sollicitées dans 96 pays, âge moyen : 27 ans.

Echelle de douleur de 0 (aucune) à 10 (extrême)

La suite après cette publicité
La suite après cette vidéo

2 types de douleur analysés : physique et émotionnelle

 

Résultats

Douleur émotionnelle moyenne : femmes = 6,84, hommes = 6,58.

La suite après cette publicité

Douleur physique moyenne : femmes = 4,21, hommes = 3,75.

Temps de reconstruction :  moins long pour les femmes ! 

 

La suite après cette publicité

Explications

Craig Morris, principal responsable de l’étude, l’explique par la biologie et l’évolution psychologique. Biologiquement, l’impact d’une rencontre sur une femme peut être long et conséquent (grossesse, accouchement, allaitement), chez l’homme il est nul. Du coup, une femme, même inconsciemment, fait des choix plus réfléchis, alors qu’un homme est plus spontané.

En revanche, la femme tire des leçons de la rupture pour réinvestir dans une nouvelle relation. La prise de conscience de l’homme, elle, se fait en décalé et peine à s’éliminer.

 

La suite après cette publicité

Conclusion

Tout le monde est rassuré…et oui, tout le monde souffre bien mais de façons différentes ! Une nouvelle étude qui montre encore une fois combien les hommes et les femmes sont différents…

3147445082_1_2_XLBj86PQ

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.