Gilets jaunes : 55% des Français souhaitent l’arrêt du mouvement

Plus de trois mois après les premiers rassemblements du 17 novembre, l’effervescence autour des Gilets jaunes s’estompe peu à peu. Si les Français étaient 65% à souhaiter la poursuite du mouvement fin novembre et 55% à les encourager deux mois plus tard en janvier, la donne a changé. Selon un sondage publié lundi par France Inter, l’Express et la presse régionale, plus d’un Français sur deux (55%) souhaite désormais l’arrêt du vent contestataire. Un gros coup dur pour le mouvement des Gilets jaunes qui s’appuyait jusqu’alors sur le soutien de l’opinion publique pour exprimer sa légitimité. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce désaveu des Français pour le mouvement citoyen.

 

Les Français lassés par les samedis de mobilisation à répétition

« Mais samedi, ce sera l’acte 13 ou 14 ? Je crois que c’est le 15 ! » peut-on notamment entendre dans les couloirs du métro à Paris. Trois mois après le début des revendications, la plupart des Français ont commencé à se perdre dans le décompte au fil des samedis de mobilisation à répétition. Très largement médiatisées, ces journées militantes ont fini par lasser puis agacer. Les personnes aisées (72%), cadres (69%) ou habitant dans des grandes villes régulièrement touchées par des débordements comme Paris, Lyon ou Bordeaux (60%) sont les plus enclines à voir les Gilets jaunes quitter l’espace publique et médiatique. Le soutien au mouvement se délite également pour les habitants des petites villes et des zones rurales où plus d’un citoyen sur deux souhaite la fin des contestations.

 

>>>À lire aussi : Un fourgon de police attaqué à Lyon pendant l’acte 14 des Gilets jaunes

 

Quel avenir pour les Gilets jaunes ?

Le désaveu des Français pour les Gilets jaunes s’explique également par les nombreuses dérives parallèles au mouvement. Antisémitisme, violences, radicalisation des membres les plus vindicatifs, les rassemblements des militants restent émaillés par des débordements en tous genres. Le manque d’unité au sein du mouvement, souligné par les différentes tensions entre les courants divers, n’arrange pas la situation. L’hypothèse d’une liste jaune aux élections européennes fin mai, un temps créditée de 13% des intentions de votes dans un sondage, semble avoir du plomb dans l’aile tant son organisation paraît impossible. Plus inquiétant pour les militants, cette liste ne recueillerait aujourd’hui plus que 5% des suffrages selon un récent sondage. L’avenir des Gilets jaunes ne passera donc sûrement pas par les urnes et s’assombrit quelque peu depuis quelques semaines. Samedi dernier, ils étaient encore 46 600 à manifester pour l’acte 15. Les préparatifs pour l’acte 16 sont déjà lancés.

 

 

En savoir plus sur :

Publié par Maxime le 26 Fév 2019
0