Bonne nouvelle : la population des baleines à bosse est presque restaurée !

Dans notre monde sur-mondialisé et très peu respectueux de l’environnement, de nombreux animaux voient leur population baisser ! Notamment les baleines ! Par le biais de l’influence du moratoire interdisant la pêche à la baleine, la population des baleines à bosse est pratiquement restaurée ! Comme quoi, les petits efforts payent rapidement ! Retour sur cette nouvelle positive ! 

À lire aussi : Ces 30 photos prouvent que les chauves-souris sont des bêtes mignonnes et fragiles qu’il faut protéger !

Une population actuelle des baleines à bosse atteignant 93% de son volume d’origine

Cette nouvelle parvient d’une étude publiée par le Royal Society. Elle nous donne des informations clés sur l’évolution de la population des baleines à bosse !

Il y a 200 ans, le nombre de baleines à bosse était estimé à 27 000 dans le monde. En 1950, ce nombre chute drastiquement pour atteindre celui de 450, une véritable hécatombe ! Aujourd’hui, 93% de la population d’origine serait restaurée ! 

Bien que le confinement ait forcément joué un rôle dans cette restauration, c’est surtout le moratoire interdisant la chasse à la baleine commerciale de 1980 qui a permis de stopper la destruction intensive de cette espèce. 

Les baleines, des protectrices contre le réchauffement climatique

Comme le rapporte Géo, une étude menée par le Fond Monétaire International et Great Whale Conservancy (GWC) a permis de démontrer que les baleines à bosse seraient de « véritables pompes à carbone » ! 

En effet, les baleines accumulent du carbone tout le long de leur vie ! Comme le rapporte cette étude, « quand une baleine meurt et sombre au fond de l’océan, elle piège 33 tonnes de CO2 en moyenne, supprimant ce carbone de l’atmosphère pendant des sièclesA titre de comparaison, un arbre, lui, n’absorbe que jusqu’à 48 kilos de CO2 par an » ! 

Bien que ces nouvelles soient rassurantes, il est néanmoins important de continuer la lutte contre la chasse des baleines ! De plus, le confinement a permis de démontrer que la nature à un pouvoir de régénération extraordinaire. Or, notre nature peut vite être détruite à nouveau ! Nous sommes les seuls à pouvoir influer sur votre futur, qui risque d’être incertain et propice à des dégâts naturels sans précédant, si nous relâchons nos efforts !

Source : Konbini News.

À lire aussi : Les gendarmes scannent la puce de ce chiot abandonné et découvrent la terrible vérité !

Publié par Salomee le 21 Mai 2020
0