Décès suspects, disparitions mystérieuses, découvrez 20 histoires à faire froid dans le dos

6. Cédrika Provencher

Cette affaire concerne la disparition d’une fillette de 9 ans. survenue le 31 juillet 2007 à Trois-rivières au Québec. Ses restes ont été retrouvé 8 ans plus tard. L’affaire Cédrika Provencher est l’une des affaires les plus médiatisées du Québec en raison du mystère absolu qui entoure les circonstances de son enlèvement et le crime dont elle a été victime. L’affaire débute quand les parents de Cédrika on signalé sa disparition. Dans la journée 31 juillet, la petite fille de 9 ans avait été interpellée par une vieille dame qui cherchait son chien. La jeune fille a alors décidé d’enfourcher son vélo pour se lancer à la recherche du fameux toutou. Plusieurs personnes affirment l’avoir aperçu au cours de la journée. Certaines parlent même d’un homme qui la suivait de près alors qu’elle se trouvait avec une amie. Plus tard d’autres personnes l’ont vu monter à bord d’un véhicule rouge vin. Depuis, plus aucune nouvelle de fillette… à part 8 ans plus tard quand ses restes sont retrouvés le 11 décembre 2015, dans un secteur boisé aux alentours de l’autoroute 40.

7. Elizabeth Short (l’affaire du Daliah noir)

Le corps d’Elizabeth Ann Sort, une aspirante actrice domiciliée à Hollywood est retrouvé le 15 janvier 1947 à Los Angeles. Le corps se trouve alors dans une position pour le moins déroutante: la jeune femme a été coupée en deux au niveau du bassin puis vidée de son sang. Il présentait également des traces de mutilations. Ce crime a fait l’objet de nombreuses spéculations et est à l’origine d’un film, de plusieurs ouvrages et même de musiques. Plus de 50 personnes se sont déclarées coupables du meurtre de la jeune femme sans qu’aucune ne le soit vraiment. Parmi les suspects on peut retrouver le dernier petit ami en date d’Elizabeth, Jack Anderson Wilson ou encore un médecin. En 2003, un détective privé nommé Steve Hodel, émet l’hypothèse selon laquelle son propre père (George Hill Hodel) serait l’auteur du meurtre mais également un tueur en série. En 2014, l’auteur français Stéphane Bourgoin évoque l’implication du serial killer connu sous le nom du Boucher de Cleveland dans son ouvrage Qui a tué le Dahlia noir? l’énigme enfin résolue.

8. Hae Min Lee

La jeune étudiante est retrouvée morte le 13 janvier 1999 peu après sa disparition sur le campus de l’école secondaire de la Woodland High School à Baltimore. Elle avait disparu depuis environ 15 heures quand son corps a été découvert à Leakin Park. Son ancien petit ami Adnan-Syed est arrêté le 28 février et accusé de meurtre au premier degré. Le 25 février 2000, le jeune homme de 18 ans est reconnu coupable et placé en détention à perpétuité même s’il a toujours clamé son innocence. Mais si ce n’est pas Adnan-Syed, qui a bien pu tuer Hae Min Lee? Plus de 20 ans plus tard, l’affaire passionne toujours autant les Etats-Unis. Les américains se perdent en spéculations concernant le potentiel meurtrier de la jeune femme. Un podcast traitant de l’affaire a même vu le jour en 2014.

9. JonBénet Ramsey

Le soir de Noël de l’année 1966, la police reçoit un appel signalant la disparition d’une fillette de 6 ans. La fin d’année habituellement synonyme de bons moments passés en famille et de joie, prend un tournant dramatique. La mère de la petite fille, Patsy Ramsey, signale aux autorités qu’elle et son mari ont trouvé une lettre de deux pages dans laquelle est stipulée que JonBénet a été enlevée et qu’il faudra verser une rançon de 118 000 dollars. Étrangement, la somme correspond au centime près à la prime qu’a perçu son mari quelques temps auparavant. Afin de mettre la pression aux parents, l’auteur de la lettre stipule que la petite fille serait décapitée si la rançon n’était pas versée à temps. 8 heures plus tard, les autorités font une découverte macabre au sous-sol du domicile familiale. JonBénet gît là, les poignets liés, du ruban adhésif sur la bouche. La petite fille a été lourdement frappée à la tête et l’autopsie révèle une mort survenue par étranglement et des lésions vaginales. Elles ont vraisemblablement été causées par l’introduction d’un objet dans les parties génitales. JonBénet n’était pas une petite fille comme les autres. En effet, la fillette de 6 ans participait régulièrement à des concours de mini-miss. Elle était donc relativement populaire dans la ville de Boudler. La mort violente de la petite fille a plongé le pays dans l’effroi et la mini-miss n’est désormais plus une inconnue. Après analyse, il s’est révélé que l’auteur de la lettre n’était pas le père de JonBénet, cependant quelques doutes subsistent concernant la mère de famille. En 2006 un enseignant américain est arrêté en Thaïlande après avoir confié être l’auteur du meurtre de la fillette. Bien que le suspect soit déjà connu pour possession d’images pédopornographiques et d’autres méfaits, il s’est finalement avéré qu’il était innocent. Les professionnels de santé ont d’ailleurs établit que l’homme était psychologiquement instable. Bien des années plus tard, les soupçons se porte sur le frère de la victime âgé de 9 ans au moment des faits. En 2016 il a été établit que le jeune homme était relativement instable mentalement. De plus les autorités ont révélé la présence d’ananas dans l’estomac de JonBénet alors même que ses parents affirmaient ne pas lui en avoir donné à manger. Certains policiers pensent qu’il serait possible que la petite fille ait mangé une tarte qui ne lui était pas destiné, ce qui aurait énervé son petit frère. Dans un accès de colère ce dernier aurait ou lui porter un coup mortel. En effet, il lui était déjà arrivé de frapper sa sœur avec un club de golf lors d’une dispute. Alors les parents de JonBénet auraient-ils déguisé le meurtre commis par leur fils Burke en enlèvement? 

10. Kathleen Peterson

Le 9 décembre 2001, les secours reçoivent l’appel d’un homme. Et il ne s’agit pas de n’importe quel homme mais de Michael Peterson, un écrivain américain. Il leur signale qu’il a trouvé sa femme inconsciente au bas des escaliers dans leur maison de Carder Street, à Durham. Plus tard, il a indiqué aux autorités que la femme avait du trouver la mort après sa chute provoquée par la consommation d’alcool mélangé aux cachets de valium. Or, après autopsie, les experts ont établi que la victime avait subit des blessures graves dont une fracture du cartilage du cou. Ils ont également relevé sept lacérations au niveau des parties supérieures et postérieures de la tête indiquant qu’elle aurait reçu des coups portés avec un objet contondant. Elle serait morte d’une perte de sang deux heures après avoir subi ces blessures. Comme Michael Peterson était la seule personne présente dans le domicile au moment de la mort de Kathleen, il a immédiatement été suspecté. Le 10 octobre 2003 il est reconnu coupable du meurtre et écope d’une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle. Cependant après plusieurs refus, la cour annule finalement la peine de Michael Peterson et il est libéré sous caution.

Votre article continue en Page 3. Cliquez sur « Page Suivante » pour découvrir plus d’affaires non résolues

Publié par Elodie le 01 Août 2020
0