Ces stars qui ont eu une enfance difficile

Charlize Theron et son histoire traumatisante…

Charlize Theron

L’actrice américaine a toujours été très discrète sur son passé. Par exemple, saviez-vous qu’elle était l’inverse du « sex symbol » qu’elle représente maintenant ? Pendant la promotion de « Young Adult« , elle avoue ne pas avoir été le genre de filles que les garçons aimaient bien, « Je portais de grosses lunettes d’intello parce que j’étais aussi myope qu’on peut l’être et les garçons ne m’aimaient pas« . Elle vouait une obsession pour « cette fille populaire« , elle est même allée jusqu’a fondre en larmes lorsqu’elle ne s’est pas assise à côté d’elle, adolescente. Mais cela est très loin d’être le pire de sa jeunesse.

 

Alors qu’elle promouvait son nouveau film « Dark Places » en 2015, qui raconte l’histoire d’une femme dont la famille est assassinée, elle s’est confiée sur son adolescence et sa famille. Ce rôle était malheureusement fait pour elle, qui a subi le même sort. Elle en parlait pour la première fois en 2004 sur le plateau de Diane Sawyer, elle avait 15 ans lorsque son frère et son père rentrent plus ivres que d’habitude. Le père Theron a commencé à tirer avec son arme partout dans la maison, dans la porte de la cuisine. Il a ensuite frappé à la porte de la petite Charlize, « Ce soir je vais vous tuer toutes les deux avec mon flingue. » Alors que l’arme était pointée sur la jeune fille, sa mère s’est interposée et a tiré sur le père, qui meurt sur le coup. Charlize Theron est aujourd’hui éternellement reconnaissante et avoue qu’elle aurait fait pareil à sa place. La mère n’a jamais été poursuivie le juge ayant décidé qu’il s’agissait de légitime défense.  L’actrice a ajouté pendant la promotion du film sur le plateau de TF1, « dans ce film, mon personnage traverse cette épreuve quand elle a huit ans, on voit l’impact d’un tel traumatisme sur une enfant, surtout quand on attend d’elle qu’elle en parle. C’est précisément quelque chose qui me concerne, que j’ai vécu dans ma vie, si tant est que ces événements soient comparables. D’un côté il y a un meurtre mystérieux et dans mon cas, c’était un cas malheureux de légitime défense.« 

 
Publié par Inès Arrom le 08 Juin 2018