Dents de requin : des chercheurs découvrent un spécimen vieux de 330 millions d’années !

C’est certainement une première ! En effet, dans l’État du Kentucky, des chercheurs mettent la main sur les dents d’un requin vieux de 330 millions d’années. Une découverte impressionnante à voire en vidéo :

>> À lire aussi : Un requin du Groenland vieux de plus de 500 ans a été découvert

Des dents de requin enfouies dans une galerie

Tout commence dans le parc national de Mammoth Cave, dans l’État du Kentucky. Ce jour-là, deux chercheurs explorent les 600 m de galerie qui renferme l’un des plus grands réseaux souterrains du monde. Et d’un seul coup, ils tombent sur des dents de requin, coincées dans la paroi. Rapidement, les scientifiques décident de prendre plusieurs photos qu’ils envoient tout d’abord à Vincent Santucci, le paléontologue principal du National Park Service à Washington.

Ensuite, ce dernier transfère les clichés à John-Paul Hodnett, paléontologue au Dinosaur Park, dans le Maryland. Et rapidement, le verdict tombe ! En effet, il s’agit bien de la présence d’un squale. Toutefois, le paléontologue semble particulièrement étonné de cette découverte et notamment, des grandes sections de cartilage fossilisées tout autour. C’est ainsi qu’il décide de se rendre lui-même dans la grotte pour en avoir le cœur net.

>> À lire aussi : Incroyable ! Embarquez sur le dos d’un requin blanc en pleine chasse (vidéo)

Une espèce vieille de 330 millions d’années

Après avoir confirmé qu’il s’agit bien de dents de requin, John-Paul Hodnett se rend lui-même dans la grotte pour en avoir le cœur net. “Je ne savais pas exactement à quoi m’attendre dans cette grotte.Quand nous sommes arrivés sur les lieux, j’ai été stupéfait. » Stupéfait car sur place, il découvre le squelette quasi-complet du squale.

Un état de conservation particulièrement impressionnant pour cette espèce connue sous le nom de Saivodus striatus et qui remonterait à plus de 330 millions d’années. En effet, à l’époque, le Mississippi était recouvert par des mers tropicales peu profondes, ce qui explique la présence des requins. D’ailleurs, la plupart d’entre eux étaient de petite taille à l’exception de cette récente découverte puisque c’est un spécimen qui atteindrait la taille d’un requin blanc. Mais pour le moment, les recherches sont encore en cours. Et comme le rappelle cet expert, “Nous venons simplement de gratter la surface. »

En savoir plus sur : -

Publié par Claire le 03 Fév 2020
0