Julia, victime d’une agression transphobe à Paris témoigne avec émotion

La jeune femme transgenre, agressée dimanche à Paris, va déposer plainte ce mercredi, avec le soutien de SOS homophobie. Une enquête a été ouverte par le parquet et une personne placée en garde à vue avant d’être libérée. Pour rappel des faits, Julia a subi une agression transphobe sur la place de la République. Elle a été insultée et frappée en marge d’une manifestation contre le régime de Bouteflika.

 

>>> À lire aussi : Une agression transphobe en plein cœur de Paris révolte la toile

 

Plusieurs médias ont pu recueillir son témoignage mardi, après la diffusion d’une vidéo de son agression sur les réseaux sociaux. La jeune femme raconte son histoire dans le but de sensibiliser le public sur les agressions subies par les personnes transgenre, qui sont quotidiennes. « Je n’avais rien demandé, je voulais juste prendre le métro. Là trois hommes m’ont bloqué le passage et l’un deux m’a dit : Hé mais t’es un homme toi ! Je n’ai pas voulu répondre et j’ai tenté de les éviter mais ils m’ont retenu en disant que je devais répondre à leur question. L’un deux m’a alors touché la poitrine en s’étonnant que j’ai effectivement des seins » confie Julia.  L’agression se poursuit « J’ai dégagé sa main en lui disant de ne pas me toucher. Il a alors sorti son sexe et m’a demandé de « lui faire du bien » . J’ai voulu partir et remonter les escaliers. D’autres hommes m’ont jeté de la bière du haut des marches, m’ont insultée. Un homme m’a giflée »

 

« Dans cette agression, le plus dur ce n’est pas les coups mais l’humiliation »

La jeune femme a été secourue par des agents de sécurité de la RATP qui l’ont fait descendre dans la station en lançant des gaz lacrymogènes pour éloigner la foule. Ayant subie plusieurs coups, Julia déclare avoir eu mal pendant quelques jours au visage mais pour elle ce n’est rien face à ce qu’elle a ressenti. « Le plus traumatisant ce ne sont pas les coups ou la douleur mais l’humiliation. C’est ça qui est le plus dur à gérer. C’est un choc psychologique, je me suis sentie salie. » Une fois saine et sauve avec les agents de la RATP, le cauchemar de la femme continue. Elle se confie sur la maladresse des propos qu’ils ont tenu. « Ils m’ont appelé Monsieur et m’ont demandé pourquoi j’étais sur la place de la République pendant cette manifestation vu les dangers que cela pouvait comporter pour moi »

 

>> À lire aussi : Humiliée dans l’avion par les stewarts, ils ont jugé sa tenue indécente

 

Des agressions qui ne doivent pas se reproduire

Initialement la jeune femme ne souhaitait pas déposer plainte, ni même se manifester auprès de la police en raison du traumatisme subi. Grâce aux soutiens de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux, elle a pris la décision de parler pour faire cesser ce genre d’agression. « On est en 2019 à Paris c’est choquant qu’une situation comme cela se produise ». Julia demande aux gens de ne pas tomber dans les amalgames et insiste « ces personnes qui m’ont agressée sont des personnes ignorantes et ça n’a rien à voir avec leur croyance ou le fait qu’il soit algérien. »

 

 

Ça peut vous intéresser :

-> La ligue de Protection des Oiseaux portent plainte contre la France ! 

-> Les images de l’agression d’Alain Finkielkraut, copieusement insulté par des gilets jaunes, font froid dans le dos !

 

En savoir plus sur : - - -

Publié par Emma le 03 Avr 2019
0