Il se fait tatouer la tête d’un mendiant détesté dans toute la ville

Ce tatoueur est confronté à tout type de demandes de tatouages des plus bizarres, mais jamais encore Connor Armstrong n’avait dû faire un tatouage pareil. Lee Carroll lui a demandé de se faire tatouer la tête du mendiant qui vit dans son quartier. Ce sans-abri connu dans la ville de Chatham, en Angleterre, a adoré le geste de cet homme. Regardez le résultat plutôt surprenant dans la vidéo, surtout qu’il y a un autre détail intriguant à ce tatouage.

 

Il veut avoir la tête d’un mendiant tatoué sur sa cuisse

Quand Connor Armstrong, 23 ans, a écouté la demande de son client, il n’en revenait pas. Lee Carroll tenait dans ses mains une photo de Sukhvender Singh Deo, mieux connu sous le pseudonyme de Billy the Quid, un jeu de mot avec Billy the Kid (« quid », étant le mot familier pour désigner 1 pièce d’une livre). Billy the Quid est un mendiant connu dans le Kent et en particulier à Chatham où il a l’habitude de quémander de l’argent, parfois de façon abusive. D’ailleurs, ce n’est pas tout. En plus de la tête du SDF que Lee Carroll souhaite avoir sur sa cuisse, il a demandé à ajouter une phrase. Il a choisi d’inscrire le slogan bien connu que répète toute la journée le SDF : « Got a pand ? », c’est-à-dire « Vous avez une pièce ? ». S’agit-il de moquerie de la part de Lee ? Il a demandé d’écrire « pand », imitant l’accent du mendiant incapable de prononcer correctement le mot « pound ».

 

Ce sans-abri a mauvaise réputation

Après avoir fait tatoué la tête du mendiant, il est allé lui montrer le résultat et il a adoré. On peut se demander pourquoi Lee a choisi ce motif particulier, surtout que la notoriété de Billy the Quid n’est pas due à ses bonnes actions. Il a plus de 70 plaintes ou mains-courantes à son encontre. Il est interdit d’entrer dans plusieurs magasins. Certaines enseignes de supermarchés lui ont carrément interdit l’accès de tous leurs magasins dans le pays. En principe, en 2004 et 2006, il a été condamné et a reçu l’interdiction de faire la manche n’importe où au Royaume-Uni. Il a aussi été condamné pour avoir harcelé une femme qui au départ lui donnait régulièrement de l’argent quand elle le croisait dans la rue. Il a fini par lui soutirer 35 000 livres sterling quand son mari est mort. Cette extorsion lui a valu trois mois de prison, après quoi il est retourné à la rue, continuant à faire des petits deals de drogue et à mendier devant les magasins.

tatouage mendiant sur la jambe

Crédits : Mirror

En savoir plus sur : - -

Publié par Nicolas F le 11 Oct 2018
0