Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Emmanuel Macron au plus mal : sa déclaration choc sur la fin de l’épidémie inquiète beaucoup

Publié par Justine le 30 Avr 2021 à 9:40

La date du déconfinement approche enfin à grands pas. Après un an à alterner entre confinement et couvre-feu, les Français vont enfin retrouver une petite partie de leur vie d’avant. Mais cela signifie-t-il la fin de la crise sanitaire ? Lors d’une interview, Emmanuel Macron ne se montre pas très rassurant…

Emmanuel Macron pas rassurant sur la fin de l'épidémie

@emmanuelmacron / Instagram

>>> À lire aussi : Alerte : Emmanuel Macron annonce la date de fin du couvre-feu et la date de réouverture des terrasses

Ce propos inquiétant d’Emmanuel Macron

Alors que les annonces des confinements se sont faites à la télévision, Emmanuel Macron a choisi d’annoncer le déconfinement dans un entretien à la presse qui s’est déroulé mercredi soir. À partir de ce 3 mai, les mesures seront allégées et les commerces rouvriront peu à peu. Une délivrance alors que les contaminations sont encore très nombreuses (près de 30 000 au lieu des 5 000 cas souhaités)…

C’est pourquoi le discours du Chef de l’État est teinté de pessimisme. Il reconnaît que la gestion de la crise se complique avec les variants qui ne cessent de se développer et ne promet pas que ce déconfinement sera le dernier. Il indique : « Mais est-ce que je peux vous dire, les yeux dans les yeux, qu’on ne sera plus jamais débordé par ce virus ? C’est impossible », relate LCI.

>>> À lire aussi : Covid-19 : Pourquoi les personnes vaccinées peuvent encore être infectées ?

Emmanuel Macron ne connaît pas la date de la fin de l’épidémie

Des propos qui ne remontent pas le moral des Français qui espèrent un jour retrouver une vie normale. C’est pourquoi Emmanuel Macron mise tout sur la vaccination pour en finir avec l’épidémie, sans pour autant lui donner une date de fin. Embêté, il ajoute : « Peut-être aurons-nous à vivre avec le virus pendant des années et à nous refaire vacciner chaque année ».

Le virus ferait donc partie de nos vies tout comme la grippe. Concernant sa gestion de l’épidémie, le Président insiste sur le fait « d’avoir fait des choix, mais ce ne sont pas des paris ».

>>> À lire aussi : La pilule anti-Covid de Pfizer bientôt disponible ?