Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Une adolescente de 17 ans meurt des suites d’un « choc toxique » causé par un tampon hygiénique

Publié par Jade le 15 Jan 2020 à 20:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Maëlle, une jeune fille de 17 ans est morte jeudi dernier en Belgique. La jeune femme diagnostiquée d’une grippe, a en réalité été victime d’un « choc toxique » causé par un tampon hygiénique. La mère de l’adolescente, Laurence a voulu s’exprimer pour « que la prévention puisse sauver des vies » .

La suite après cette publicité

Une adolescente de 17 ans meurt des suites d’un « choc toxique »

La suite après cette vidéo

La mère de l’adolescente, Laurence a voulu prendre la parole pour prévenir; pour que le « décès de Maëlle puisse en éviter d’autres » . La mère de famille revient sur la soirée du drame. Le jeudi 9 janvier, sa fille commence à avoir de la fièvre, puis des nausées suivies de vomissements. La mère a déclaré « nous nous inquiétons de son état et contactons le médecin de garde. Il lui diagnostique une grippe gastro-intestinale » .

Le jour d’après, l’état de santé de Maëlle ne s’améliorait pas, bien au contraire. Mais le soir même, l’adolescente a eu des troubles de la vision. Sa tension était de 5.3… Laurence poursuit « j’appelle l’ambulance, mais les ambulanciers restent sur le même diagnostic, une grippe. Même chose à l’hôpital. Ma fille souffre de déshydratation sévère, elle est emmenée dans un autre hôpital aux soins intensifs. Et c’est là qu’on lui diagnostique un « choc toxique » . Mais il est déjà trop tard… » .

La suite après cette publicité

>>> À lire aussi : Chaque matin pendant un an, cette femme a bu de l’eau chaude avec du citron et du miel…ce qui lui est arrivé est incroyable !

Le sort de Maëlle était déjà scellé

Le pire dans cette affaire, c’est que la mère et l’adolescente avait parlé de ce symptôme « seulement quinze jour avant son décès«  . Maëlle s’était montrée très inquiète par cette maladie. Mais la mère de famille s’est voulue plus rassurante. Pour elle c’était un cas rare et isolé et que sa fille ne devait pas trop s’en faire à ce sujet.

La suite après cette publicité

Cette maladie infectieuse qui ne touche qu’une vingtaine de femmes chaque année. Mais la moitié des symptômes de choc toxique, seraient causés par les dispositifs intra-vaginaux lors des règles tels que les tampons hygiéniques ou les coupes menstruelles.

La mère de famille dévastée par la perte de son enfant a tout de même voulu s’exprimer sur cette affaire. « Nous étions informées et nous n’avons pas pu déceler la maladie. Parce que les premiers diagnostics n’allaient pas dans ce sens. Aujourd’hui, je suis persuadée qu’il faut informer le plus possible de femmes au sujet de ce syndrome. En espérant que la prévention puisse sauver des vies » . Elle espère qu’avec cette prise de parole, chaque adolescente ne prend pas ces maladies à la légères !

>>> À lire aussi : « Tampon, notre ennemi intime », saviez-vous que les tampons étaient, entre autres, blanchis au chlore ?

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.