Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Animaux

Il noie 6 chatons dans un sac, les frappe encore vivants et les jette dans une poubelle

Publié par Eugenie le 13 Sep 2019 à 14:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

« Une peine peu sévère au regard de la cruauté des faits » , pour la Fondation 30 Millions d’Amis. Pour avoir noyé et torturé six chatons, un retraité de 70 ans écope de 3 mois de prison avec sursis. Une décision rendue jeudi 5 septembre 2019 par le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Draguignan.

La suite après cette publicité

Les faits se sont déroulés le 26 avril 2019. Alors qu’une dame aperçoit un retraité de 70 ans frapper violemment un sac avant de le mettre dans une poubelle, cette voisine décide de descendre de son balcon pour regarder ce qu’il se trouvait à l’intérieur. C’est avec stupeur et dégoût qu’elle découvre six petits chatons en train d’agoniser dans le sac poubelle.

« Elle a failli vomir en découvrant les corps des chatons » , affirme Alain Manjard, responsable de l’association des chats de Draguignan, qui a par ailleurs porté plainte contre l’homme de 70 ans. Plusieurs policiers se sont alors rendus sur place pour constater les faits.  Sur les six chatons, deux étaient encore en vie. Dans l’espoir de les sauver, les agents les ont amenés chez un vétérinaire ainsi que les quatre autres pour les autopsier. Le vétérinaire « a estimé que les chatons avaient agonisé pendant une demi-heure après avoir été noyés puis frappés encore vivants. Leurs organes ont éclaté sous les coups » , rapporte Alain Manjard à 30 Millions d’Amis. Aucun d’entre eux n’a survécu.

La suite après cette publicité

>>> À lire aussi : Cette chatte est sur le point d’avoir ses bébés, mais un invité inattendu va lui porter assistance ! (vidéo)

Le retraité reconnait les faits

Après avoir nié les faits, le retraité a finalement reconnu être coupable et s’est expliqué sur ses gestes inqualifiables.  « Une chatte avait fait ses petits dans son local à bois, et il a trouvé que cela sentait mauvais » , explique Alain Manjard.

La suite après cette publicité

Il a alors été entendu par le TGI de Draguignan qui l’a condamné à 3 mois de prison avec sursis. Tout comme la Fondation 30 Millions d’amis, Alain Manjard juge cette décision peu sévère. « Ce sont des faits extrêmement graves, avec actes de torture, et qui pourtant n’ont donné lieu qu’à une CRPC [Comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité, NDLR]. Une procédure où ni les parties civiles ni les plaignants ne sont écoutés. C’est un déni de justice ! » , alerte Alain Manjard.

Toutefois, l’association « salue l’interdiction (d’une durée de cinq ans) de détenir des animaux » pour le condamné.

>>> À lire aussi : Chine : Dévasté par la mort de son chat, un homme a décidé de le cloner !

La suite après cette publicité

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.