Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Animaux

Vendre son animal de compagnie à un laboratoire ? La proposition honteuse qui fait bondir les défenseur de la cause animale

Publié par Claire JONNIER le 26 Juin 2020 à 20:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce 24 juin, la fondation 30 millions d’amis monte au créneau pour contester une loi proposant de vendre son animal de compagnie à un laboratoire. Un décret pointé du doigt comme un véritable recul en matière de protection animale d’autant qu’en plus, des alternatives existent !

La suite après cette publicité

>> À lire aussi : Maltraités par leur maitre, quatre chiens de sécurité sauvés in extremis par la Fondation 30 Millions d’Amis

Vendre son animal de compagnie à un labo

La suite après cette vidéo

Le 17 mars dernier, un décret est proposé par le gouvernement et permet de vendre son animal de compagnie à laboratoire. En plus, il s’agit d’une proposition qui va à l’encontre de la « directive 2010/63/UE de l’Union européenne encadrant la provenance des animaux promis à l’expérimentation.» Or, selon la fondation 30 millions d’amis, il s’agit d’un « terrible recul en matière de protection animale.» En plus, c’est une décision qui irait à l’encontre de l’opinion des Français puisqu’aujourd’hui, «86 % des Français souhaitent l’interdiction totale de l’expérimentation animale.»

La suite après cette publicité

En outre, l’association pointe un risque important de dérives avec notamment, le crime organisé qui pourrait s’engouffrer dans la brèche. « Cela risque aussi d’encourager un énorme trafic de chiens volés à leur maître pour être revendus à des laboratoires comme c’était le cas jadis.»

>> À lire aussi : Polémique : Matt Pokora et Karim Benzema s’affichent en photo avec des bébés tigres…

Pour une solution alternative !

La suite après cette publicité

Vendre son animal de compagnie en laboratoire est considéré comme une solution de facilité pour la fondation 30 millions d’amis ! En effet, pour elle, « ce décret montre le manque de volonté politique pour chercher des méthodes substitutives à l’expérimentation animale, préférant la solution de facilité : celle de gaspiller des vies !» déclare Reha Hutin, présidente de l’organisme.

Jusqu’à présent, les animaux qui étaient utilisés pour les procédures expérimentales devaient « avoir été élevés à cette fin et provenir d’éleveurs ou de fournisseurs agréés.» Et si jamais la production était insuffisante, alors à ce moment-là, des dérogations pouvaient être mises en place. En plus, aujourd’hui, il existe une alternative avec le test « Valitox. » À partir de cellules humaines en culture, cela permet de déceler l’éventuelle toxicité aiguë d’une substance et surtout, n’est pas utilisée sur les animaux.

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.