Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Culture

Cette phrase par laquelle vous ne devriez plus commencer vos mails…

Publié par Jessy le 13 Mai 2020 à 8:41

Ecrire un e-mail, c’est toujours un casse-tête. Les formules de politesse, les fautes de frappe, les coquilles ou encore la tournure des phrases, on ne sait jamais comment commencer et finir un mail. Sylvie Azoulay-Bismuth, formatrice et praticienne en écrits professionnels, donne quelques conseils pour éviter les fautes. Alors pour vos prochains mails, prenez quelques notes !

>> À lire aussi : Déconfinement : Quels grands magasins rouvrent leurs portes à Paris ?

« J’espère que vous allez bien » : la formule à bannir !

Sylvie Azoulay-Bismuth, fondatrice du site d’e-learning « Le Français des pros » , donne souvent des conseils afin de retranscrire sur les bonnes façon de rédiger un mail, tout en restant professionnel et poli. Et son premier conseil est de bannir la formule « J’espère que vous allez bien » . Une formule qui, depuis le début du confinement, est devenue à la mode. Et même si c’est poli et sympa de votre part, Sylvie Azoulay-Bismuth vous conseille de garder votre naturel et votre sincérité lors de l’écriture d’un mail. « La formule n’est pas vraiment maladroite, c’est une politesse, mais c’est une phrase toute faite. Or, à force d’utiliser toujours les mêmes mots, ils ne font plus d’effet » explique-t-elle.

>> À lire aussi : Déconfinement : est-il possible d’être à plusieurs dans une voiture ?

Comment écrire en période de crise sanitaire ?

Avec la crise sanitaire, les mails étaient presque toujours pleins de bons sens, de bonnes intentions à l’égard de notre interlocuteur. Mais lorsqu’on en fait trop, ça se voit rapidement. « Il faut piocher dans un langage sincère, éloigné des phrases toutes faites et des ‘mots bateaux’. Ces derniers donnent l’impression d’une distance alors que le but est de créer de la proximité » explique Sylvie Azoulay-Bismuth sur son site. En période de crise sanitaire, nous voulons nous monter courtois et solidaires. Mais encore une fois, il ne faut pas en faire trop, au point d’en devenir presque intrusif. Sylvie Azoulay-Bismuth explique d’ailleurs que l’envie d’être solidaire ne doit pas dépasser votre professionnalisme : « Cette démarche n’est pas appropriée pour un premier contact, ni dans un mail adressé à quelqu’un qu’on ne connaît pas » .

Au final, l’essentiel selon la spécialiste est de garder son humanité et son naturel tout au long du mail, surtout dans les formules de fin, mais aussi de communiquer de manière positive.

>> À lire aussi : Reconfinement en urgence : le plan dévoilé !

Source : Madame Figaro 

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.