Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >

Booder: l’humoriste se confie sur le grand drame de sa vie…

Publié par Elisa GERLINGER le 04 Oct 2020 à 21:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Booder avait d’autres rêves avant de faire rire les gens sur scène. L’humoriste voulait faire carrière dans le football, plus particulièrement au PSG.

booder maladie

L’humoriste Booder n’est pas seulement passionné de la scène. De son vrai nom Mohamed Benyamna, l’artiste souhaitait faire carrière dans le football. Il a même failli être recruté au sein de l’équipe du club de Paris Saint Germain. Seulement, son physique n’a pas été avantageux pour lui pour poursuivre dans cette voie. « Je voulais être footballeur. Un recruteur du PSG m’avait même repéré, avant de comprendre que je n’avais pas 8 ans mais 12 ! J’ai su que ma taille serait un obstacle pour une carrière. » , raconte l’humoriste pour la rédaction de Public.

La scène ou le football

Un autre métier lui avait effleuré l’esprit: comptable. « Comptable, je trouvais ça stylé. Et je ne pensais pas qu’on pouvait gagner de l’argent au théâtre ! Moi, je voulais bosser et aider mes parents. » , confiait Booder. L’artiste a aujourd’hui trouvé sa place sur scène pour faire rire les gens.

A 42 ans, Mohamed Benyamna vient de sortir un livre intitulé Un Bout d’air, une autobiographie dans laquelle il retrace son parcours. L’artiste affirme également ne pas être atteint de la maladie de Maroteaux-Lamy. Une rumeur qui circule depuis bien trop longtemps pour lui.

Booder lassé des rumeurs sur lui

« J’ai voulu raconter ma vie parce que d’autres la racontent à ma place sur les moteurs de recherche. On me prête des maladies bizarres, avait-il expliqué dans Morandini Live. Quand on tape ’Booder’ sur Google par exemple, on trouve : ’Booder maladie’. Je ne suis pas malade, je suis en pleine forme, tout va bien ! C’est faux. Ça me fait rire… Ça me faisait rire. Ça a commencé à moins me faire rire quand j’ai rencontré des parents qui avaient des enfants qui étaient vraiment touchés par cette maladie-là, a-t-il expliqué. Ils me demandaient : “Booder, comment tu as fait pour surmonter cette maladie ?’ C’est très compliqué de parler avec des parents en détresse, de leur dire ’Non, je ne suis pas malade’. Il fallait accompagner, discuter, et dire vraiment que je ne suis pas malade. »

A lire aussi: Ces 10 femmes partagent actuellement la vie d’un joueur du PSG !

0