Objectophile : elle épouse la Tour Eiffel et porte son nom !

Publié par Mélaine le 05 Nov 2018

L’information peut prêter à sourire tant elle est insolite. Et pourtant, elle est vraie. En 2007, une Américaine a prêté serment à la Tour Eiffel. Objectophile, elle défend ses droits.

 

Objectophile : késako ?

Ce mot ne vous dit sans doute rien. Mais il convient avant tout d’expliquer ce qu’est un objectophile. Un objectophile est une personne qui a des sentiments amoureux, réels, pour un objet. La femme dont nous allons vous parler a même créé une association : Objectùm-Sexuality Internationale. Une association visant à défendre les droits des personnes attirées par des objets et de soutenir moralement les objectophiles.

 

Et l’association fonctionne : elle compte désormais 400 membres.  Les objectophiles ont une véritable attirance physique, amoureuse ou spirituelle envers les objets. Erika Eiffel explique que “depuis mon enfance, je suis attirée par certaines structures. Les ponts et les tours me fascinent.” Et c’est tout naturellement qu’Erika a épousé notre Dame de fer.

 

Objectophile : elle épouse la Tour Eiffel

Erika, une ancienne militaire de l’US Air Force, 46 ans, a épousé, en 2007, la Tour Eiffel.

 

Avec mes proches, nous nous sommes réunis au deuxième étage. Un ami a lu mes vœux en français, puis j’ai récité un poème à la Tour. C’était très émouvant de lui offrir mon cœur. Nous avons une connexion spéciale. Ceci dit, ce mariage n’a aucune valeur auprès de la loi. Il n’y a pas eu de cérémonie et aucun papier officiel n’a été signé“.

 

Aucun papier, certes. Mais pourtant, Erika a fait les démarches nécessaires pour porter le nom de sa bien-aimée : “Maintenant, c’est le nom qui est inscrit sur mon passeport et mon permis de conduire. La procédure est compliquée. Ca m’a pris beaucoup de temps et coûté plusieurs centaines de dollars“.

 

Mais l’objectophile est chagrinée. Lorsque sa chère et tendre est mal, elle le ressent. “J’allais souvent la voir jusqu’en 2012. Mais, cette année-là, j’ai été repoussée par le personnel parce que les gens et les médias se sont moqués de notre relation. Depuis, je couvre ma tête et mon tatouage de la Tour pour y aller, mais je la trouve triste. Les nombreux contrôles de sécurité ont changé quelque chose.”

 

Pour épouser la Tour Eiffel, Erika avait d’abord du divorcer de Lance. Un arc.

0