Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Mort de Guy Bedos : Nicolas Bedos révèle avoir euthanasié son père

Publié par FJ le 12 Mai 2021 à 11:42
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Guy Bedos est mort le 28 mai 2020 après des mois de souffrance. C’est son fils Nicolas qui avait annoncé la nouvelle sur son compte Instagram. Et ce mercredi 12 mai, l’acteur prend une nouvelle fois la parole dans une tribune publiée dans « L’Obs » mais pour faire de lourdes révélations.

La suite après cette publicité

En effet, le réalisateur du nouveau volet d’« OSS 117 » a révélé avoir euthanasié son père.

guy bedos mort nicolas euthanasie

>>> À lire aussi : Mort de Guy Bedos : les causes de son décès dévoilées

La suite après cette vidéo

Guy Bedos, une disparition qui émeut encore

La suite après cette publicité

Le 28 mai dernier, les Français apprenaient une terrible nouvelle. L’acteur et humoriste Guy Bedos décédait à l’âge de 85 ans de la maladie d’Alzheimer. C’est son fils Nicolas Bedos qui l’avait annoncé sur son compte Instagram. Une terrible épreuve pour le réalisateur d’« OSS 117 : Alerte rouge en Afrique Noire ». 

Et pour cause, dans le même mois, Nicolas Bedos avait perdu son père, son oncle, Jean-Loup Dabadie et sa marraine, Gisèle Halimi.

Presqu’un an jour pour jour après sa mort, le jeune homme vient de faire de lourdes révélations dans une tribune publiée sur « L’Obs ». 

La suite après cette publicité

>>> À lire aussi : Héritage de Guy Bedos : l’humoriste était-il riche ou ruiné ?

Nicolas Bedos a aidé son père à mourir

Dans cette dernière, Nicolas Bedos écrit qu’il a aidé son père à mourir. « Avril 2020. Il a du mal à respirer. Il ne mange plus depuis des semaines, la maladie, le confinement, la confusion” commence-t-il.

La suite après cette publicité

Guy Bedos a toujours fait savoir qu’il était pour l’euthanasie, Nicolas Bedos lui demande donc s’il souhaite partir et la réponse est sans appel : « Il me répond par un silence, balancé droit dans les yeux. Nous en sommes réduits à traduire ce qu’il ne dit plus ».

Je me revois sur mon scooter, me rendant à la pharmacie pour acheter la mort de l’homme que j’aime le plus au monde. La nuit suivante sera la dernière. Longue. Bouleversante. Le lendemain, le flacon est plein. Mon père n’en a pas eu besoin pour offrir à son médecin l’état somnolent apparemment nécessaire à une intervention – qui eut lieu vers 17 heures« . Une tribune qui fera sans aucun doute réfléchir sur le débat de l’euthanasie, on ne peut plus présent en ce moment.

>>> À lire aussi : Guy Bedos : ce jour où il en est venu aux mains avec son fils Nicolas Bedos

La suite après cette publicité

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.