Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Covid-19 : un nouveau symptôme TRÈS inquiétant se déclare après avoir contracté la maladie…

Publié par Claire JONNIER le 12 Nov 2020 à 11:29
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Alors déjà que de contracter le covid-19, c’est pas franchement la joie… Et bien c’est loin de s’arrêter là puisqu’apparemment, 1 patient sur 5 aurait développé des symptômes d’ordre psychiatrique que ce soit de l’insomnie, de l’anxiété ou une dépression.

La suite après cette publicité

>> À lire aussi : Le covid-19 échappé d’un laboratoire ? La vérité sur le point d’éclater ?

La suite après cette vidéo

Covid-19 : une proximité avec la maladie mentale ?

C’est un psychiatre à Oxford qui lance alerte ! En effet, il s’est rendu compte qu’il existe une certaine proximité entre le covid-19 et certains symptômes d’ordre psychiatrique. C’est ainsi que de son côté, il note une légère dépression, de l’insomnie et même, de l’anxiété. Il pousse la démonstration en expliquant que cela peut même aller plus loin avec de la démence.

La suite après cette publicité

« L’opinion publique s’est inquiétée des risques accrus de maladie mentale chez les survivants du coronavirus et nos recherches (…) montrent que cette inquiétude est justifiée » explique-t-il. D’ailleurs, il faut savoir que la revue The Lancet Psychiatry confirme cette hypothèse puisqu’elle estime que les patients généralement atteints de maladies mentales sont 65 % plus susceptibles de contracter le coronavirus.

le-covid-19-entraineraient-troubles-psychiatriques

>> À lire aussi : Choc : Des patients atteints du Covid-19 pris en charge dans leur voiture !

Même chose pour le confinement, en pire !

La suite après cette publicité

D’un côté, les psychiatres s’alertent de la proximité symptomatique entre le covid-19 et la maladie mentale. Mais de l’autre, les psychologues de l’Hexagone tirent la salle d’alarme concernant les effets délétères du confinement sur la population. En effet, les urgences psychiatriques seraient beaucoup plus sollicitées pour des troubles de panique, d’anxiété et d’effondrement émotionnel.

Ajoutons à cela qu’il s’agit d’une période particulièrement propice à l’éclosion d’une pathologie, sans parler du taux de suicides qui ne devrait faire qu’augmenter. Quant à lutter contre la pente descendante, tous les psys de France s’enjoignent à mettre au point un réseau d’entraide avec des lignes téléphoniques disponibles en urgence et des cabinets toujours ouverts.

Source : L’Independant

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.