Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Que risquez-vous, en tant que parents, si vous ne remettez pas vos enfants à l’école le 22 juin?

Publié par Manon CAPELLE le 16 Juin 2020 à 11:49
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Dès le 22 juin, les enfants sont attendus « de manière obligatoire » en classe pour les deux dernières semaines de classe de l’année scolaire. Mais, que risquent les parents qui refusent de remettre leurs enfants à l’école?

La suite après cette publicité
enfants école parents

>>> À lire aussi : La clé d’étranglement finalement autorisée pour les forces de l’ordre

Les élèves sont attendus en classe dès le 22 juin

La suite après cette vidéo

Lors de son allocution, Emmanuel Macron a annoncé : « Dès demain, en Hexagone comme en Outre-mer, les crèches, les écoles, les collèges se prépareront à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves de manière obligatoire et selon les règles de présence normale. » Alors, que risquent les parents qui ne remettent pas leurs enfants à l’école?

La suite après cette publicité

Par conviction ou praticité, les parents qui ne veulent pas que leurs enfants retournent à l’école ne risquent rien. Aussi, Jean-Michel Blanquer n’a pas évoqué de sanctions possibles. Également, il n’a pas agité de menace à ce sujet pour plier les parents à la volonté du gouvernement.

>>> À lire aussi : APL : bientôt une très bonne nouvelle si vous touchez ces aides ?

Les parents ne risquent rien

La suite après cette publicité

Les organisations syndicales sont formelles : les parents ne risquent rien. « Les directeurs ne vont pas faire la chasse aux parents, ils ne perdront pas leur temps à noter les élèves absents et leur coller un conseil de discipline. Au mieux, ils appelleront les parents le premier jour de l’absence, ces derniers trouveront une bonne excuse, et ça s’arrêtera là », explique Jean-Rémi Girard.

La secrétaire nationale du Syndicat des enseignants de l’UNSA, Claire Krepper, a répondu à LCI : « On imagine difficilement un signalement des familles concernées et des sanctions dans un contexte sanitaire anxiogène. Il se passera comme toutes les années avant les vacances lorsque les élèves ne viennent pas alors que leur présence est obligatoire : rien. »

Par ailleurs, Jean-Michel Blanquer a souligné l’importance de ces deux semaines de classe : « Deux semaines, ça compte. Deux semaines, ce n’est pas rien, que ce soit sur le plan pédagogique et psychologique. »

La suite après cette publicité

>>> À lire aussi : Déconfinement : ils refusent de porter un masque sur le vol Paris-Nice, une surprise les attend à l’arrivée

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.