Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Un chercheur a passé soixante jours avec les sans-abris et a décidé de ne plus jamais leur donner d’argent (vidéo)

Publié par Leslie le 02 Août 2022 à 21:10
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ed Stafford est un ancien capitaine de l’armée britannique et un aventurier dans l’âme. Il a décidé de réaliser un documentaire “60 jours dans la rue” pour Channel 4. Pour cela, il a quitté sa famille et son train de vie confortable pour se transformer en sans-abris. Comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo ci-dessous, il a vécu dans la rue pendant deux mois.

>>> A lire aussi : Le chanteur Bon Jovi ouvre deux restaurants où les sans-abri peuvent venir manger gratuitement

Une expérience immersive chez les sans-abris

D’après les statistiques, le Royaume-Uni possède 320 000 personnes qui n’ont pas de logement. Un fait qui a intrigué Ed Stafford et qui a décidé de partager la vie de ces sans-abris pour comprendre comment ils en sont arrivés là. A 43 ans, il s’est donc transformé en SDF en vivant dans les rues de Londres, Manchester et Glasgow. Même si cet aventurier a vécu des expériences extraordinaires (comme passé 60 jours isolé sur l’île déserte d’Olorua au Fidji, ou encore parcourir une distance de plus de 6 400 kilomètres le long du fleuve Amazone), celle-ci s’est avérée être la plus difficile pour lui.

>>> A lire aussi : Des « possibles » amendes de 500 euros pour les SDF ? Les associations s’insurgent !

Pour lui, les sans-abris n’ont pas besoin d’argent

Durant ces deux mois dans la rue, Ed Stafford s’est rapidement aperçu que la vie d’un SDF est plutôt lucrative. Il a pris 5 kilos et arrivé à se faire entre 100 et 200 livres par jour en mendiant. Lui qui pensait mourir de faim s’est rendu compte qu’il n’avait pas besoin de nourriture car, de nombreux bénévoles distribuent gratuitement des repas-minute. Sans oublier les poubelles qui regorgent d’aliments encore comestibles.

En réalité, pour le chercheur, les sans-abris n’ont pas besoin d’autant d’argent mais plutôt d’une aide psychologique et d’une réinsertion sociale. Selon lui, beaucoup de SDF préfèrent vivre dans la rue que de vivre dans un abri temporaire. Surtout, qu’ils sont nombreux à être à la recherche de l’argent facile et sombrent rapidement dans la drogue.

> Pour venir en aide aux SDF de Los Angeles, un ancien sans-abri transforme des anciennes toilettes publiques en maisons ! (vidéo)

0