Après Alexa, c’est au tour de Google Home de nous écouter !

Il y a quelques semaines, les utilisateurs d’Alexa, l’enceinte connectée d’Amazon, apprenaient qu’ils pouvaient être écoutés par les employés. Cette fois, c’est l’enceinte connectée Google Home qui est dans la ligne de mire des utilisateurs. Google exploite 0,2% de la totalité des enregistrements, afin d’améliorer sa technologie, et fait traduire vos conversations. 

>> À lire aussi : Voici comment activer ou désactiver la commande vocale « OK Google »

Google Home : quand l’enceinte vous écoute

Nous ne sommes plus réellement étonnés d’apprendre que les entreprises peuvent nous écouter et enregistrer certaines de nos conversations. VRT, un média belge, a révélé que certains enregistrements de la Google Home sont écoutés et traduits par des sociétés de sous-traitance. Et même si nous savons que Google enregistre nos conversations, on ne sait pas réellement ce qu’ils en font. L’entreprise emploie des sociétés pour écouter les requêtes des internautes afin d’améliorer son système de reconnaissance vocale. Cela concerne, selon le média belge, 0,2% de la totalité des requêtes des utilisateurs. 

>> À lire aussi : Avec un zoom très puissant sur Google Maps, vous pourriez tomber sur ceci

La société enregistre des conversations qu’elle n’est pas supposée écouter !

Selon le rapport du média belge, Google Home enregistre des conversations qui ne devraient pas être retenues. En effet, la société divulguerait des données sensibles telles que les noms, adresses, et des informations personnelles sur le foyer. VRT a pu rentrer en contact avec trois de ces sociétés de sous-traitance, qui ont pu leur fournir certains audios. L’une des trois sources du média belge a ainsi avoué qu’elle avait entendu des conversations très privées, comme une femme en détresse à son domicile, ou des échanges professionnels qui révèlent des informations sensibles pour les entreprises. 

Google s’explique !

Les enregistrements de cet ordre ne se font pas à l’insu des utilisateurs de la Google Home. Selon VRT, les utilisateurs peuvent parfois, dans leurs discussions, utiliser des mots se rapprochant de « Ok Google » , qui activent l’assistance vocale. La société s’est exprimée sur la polémique, et a indiqué que la traduction des échanges est primordiale pour l’amélioration de l’assistant Google, et comprendre les différentes langues et accents. Elle explique également que les sous-traitants ont pour ordre de ne traduire que les éléments audio qui se référent aux demandes posées à l’enceinte Google Home. Ces derniers ont pour interdiction de traduire des conversations d’ordre privé. 

>> À lire aussi : 30 endroits absolument fabuleux découverts grâce à Google earth !

En savoir plus sur : - - -

Publié par Jessy le 13 Juil 2019
0