La Ligue du LOL : cette affaire scandaleuse de cyberharcèlement qui secoue Twitter et les médias français

Depuis trois jours, une sombre affaire de cyberharcèlement agite Twitter et les réseaux sociaux. De nombreuses victimes témoignent et dénoncent les agissements de « la Ligue du LOL » , un groupe créé au début des années 2010, aux prémices de Twitter, regroupant journalistes, communicants, conseillers et autres influents du web. Ce collectif s’amusait à tourner en ridicule d’autres personnalités de la Toile comme des YouTubeurs, des écrivains ou d’autres journalistes. Des membres plus virulents de la Ligue du LOL allaient même jusqu’à harceler, menacer et intimider leurs cibles. Après avoir vécu l’enfer durant plusieurs années, les victimes de ces agissements s’épanchent sur cette Ligue du LOL suite à la parution d’un article de Libération à ce sujet.

 

Les membres de la Ligue du LOL lâchés par leurs employeurs

Suite aux révélations des agissements scandaleux des membres de la Ligue du LOL, les témoignages se propagent sur les réseaux sociaux. Après des années passées à subir des intimidations, les victimes du groupe se réjouissent de voir le rapport de force s’inverser. Vincent Glad (ex Grand Journal), créateur de la Ligue du LOL, a été mis à pied à titre conservatoire par Libération, tout comme Alexandre Hervaud, chef du service web dans le même journal. D’autres membres de ce groupe travaillant dans le monde des médias ou de la publicité comme David Doucet (rédacteur en chef des Inrocks), Stephen des Aulnois, Renaud Loubert-Aledo, Guillaume Ledit ou Guilhem Malissien ont été suspendus ou mis à pied par leurs employeurs.

 

Au gouvernement, cette affaire de la Ligue du LOL est prise très au sérieux

Devant la multiplicité des témoignages aberrants faisant état de cyberharcèlement, le gouvernement réagit. Mounir Mahjoubi, invité chez BFM, a livré le fond de sa pensée sur ce collectif : « Cette Ligue du LOL, c’est l’histoire de loosers, des mecs qui se gargarisaient de pouvoir se moquer d’autres personnes. Sauf que ces moqueries ont eu un impact dans le réel. Les victimes de cyberharcelement doivent pouvoir s’exprimer, et eux, j’espère qu’ils ont honte. » Marlène Schiappa a quant à elle, tenu à apporter son soutien et sa solidarité « aux blogueuses et journalistes qui ont eu à subir le harcèlement sexiste de la Ligue du LOL » .

 

Les rédactions de Vice et du HuffPost touchées par des révélations similaires

En marge des révélations sur les agissements de la Ligue du LOL, les journaux L’Express et Libération ont enquêté sur des cas de discussions privées sexistes sur des outils de communication professionnels dans les rédactions de Vice et du HuffPost. Sur les groupes privés « Les Darons » et « Radio Bière-Foot » , les hommes se moquaient de leurs collègues femmes et de certaines stagiaires en utilisant des termes parfois douteux. Trois journalistes du Huffington Post ont ainsi été licenciés en fin d’année dernière révèle Libération.

 

 

En savoir plus sur : - -

Publié par Maxime le 12 Fév 2019
 
0