Coronavirus : une simulation faite en Septembre prédisait un bilan catastrophique

Alors que le coronavirus est le sujet qui inquiète le plus le monde en ce moment, des experts ont réalisé une pandémie fictive il y a de ça trois mois. Les résultats sont effrayants.

À lire aussi : Coronavirus : quels sont les symptômes ?

On va tous mourir un jour. Certains tentent tout pour retarder l’inévitable, d’autres l’acceptent avec un brin de fatalisme. On ne choisit pas non plus sa mort. On espère tous partir l’esprit léger dans notre sommeil, les 80 printemps passé. Alors forcément, lorsque l’on annonce qu’un nouveau virus, dont on ne connait aucun vaccin, fait de plus en plus de morts à chaque jour qui passe et qu’il est extrêmement contagieux, la population panique et psychose. Et ce n’est pas cette étude qui va arranger les esprits les plus torturés.

À lire aussi : Coronavirus : 3 cas confirmés en France, 2 à Paris et un à Bordeaux

65 millions de morts en 18 mois à cause du coronavirus

En octobre 2019, un ensemble d’experts d’horizons différents (épidémiologistes, virologues, entreprises privées etc) étaient réunis dans un évènement appelé l’Event 201. Le but de cet « Event » était de simuler une pandémie à coronavirus. Le grand manitou de cette simulation s’appelle Eric Toner, un épidémiologiste américain. « Je pense depuis longtemps que le virus le plus susceptible de provoquer une nouvelle pandémie serait un coronavirus » , déclare Toner. Il faut savoir que ce n’est pas la première fois que le coronavirus frappe. Au début des années 2000, il a touché près de 8000 personnes et en a tué 774 en Chine.

Cette simulation a révélé qu’après six mois, presque tous les pays seraient touchés par le virus. Après 18 mois, plus de 65 millions de personnes pourraient mourir. Pour comparer, nous sommes presque 67 millions en France, ça vous donne une idée de l’ampleur des dégâts.

À lire aussi : Coronavirus : un jeu vidéo sur la propagation d’un virus enregistre un record de téléchargement en Chine

Une absence de vaccin qui inquiète

Dans cette simulation, aucun des scientifiques n’a réussi à trouver un vaccin dans les temps. « Si nous pouvions faire en sorte d’avoir un vaccin en quelques mois plutôt que des années ou des décennies, cela changerait la donne. Mais ce n’est pas seulement l’identification de vaccins potentiels. Nous devons réfléchir davantage à la façon dont ils sont fabriqués à l’échelle mondiale, distribués et administrés aux gens » , explique Toner. Une hypothèse possible puisque aujourd’hui il n’existe aucun vaccin contre les vrais coronavirus comme le SRAS ou le MERS.

Comme dit en préambule, nous allons tous mourir un jour. Le plus tard serait le mieux quand même…

À lire aussi : La soupe à la chauve-souris est-elle réellement à l’origine du coronavirus ? (Vidéo)

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Flavien le 29 Jan 2020
0