Une ONG de protection animale lance une campagne pour dénoncer les photos des « trophées de chasse »…

Protéger et défendre les droits des animaux ne peut se faire sans passer par l’éducation de la population. À commencer par les chasseurs, qui exposent avec une fierté écœurante ce qu’ils qualifient de trophées de chasse. Et il faut dire que la campagne de cette association de protection des animaux sauvages, l’ASPAS, tombe à point nommée. Si vous avez suivi l’actualité aux États-Unis ce mois-ci, peut-être avez-vous noté la dernière frasque en date de Donald Trump. En effet, le 10 avril dernier, il autorisait à nouveau la chasse aux loups et aux ours, y compris dans les réserves naturelles. Y compris pour les animaux qui hibernent (oui, on a maintenant le droit de tirer sur un animal sans défense, qui est en train de dormir). Y compris… les bébés de tous ces animaux.

 

Arrive un moment où l’aberration est telle qu’il faut remettre les choses à leur place. Et montrer, comme le fait justement l’ASPAS, qu’il n’y a absolument rien de glorieux dans le fait de tuer un animal et de se pavaner tout sourire avec sa dépouille. Surtout lorsque cette personne est une célébrité, à l’instar des fils de Donald Trump, qui s’adonnent à cette activité bien minable. Ainsi d’autres personnalités dont nous vous indiquons une liste (non-exhaustive) ci-dessous :

 

Melissa Bachman – Présentatrice TV

Luc Alphan et Pascal Olmeta – Sportifs

Les fils Trump

Trophées de chasse©hunting legends

En effet, la soif de sang et de traque n’a rien d’héroïque… Saviez-vous qu’il existait même des tours operators qui vous organisent un séjour spécial chasse. Eh oui, en vacances, le kiff de certains c’est de se taper des bons cocktails à longueur de journée. Quand d’autres préfèrent tout simplement buter pour profiter. Mais comme l’indique Madline Reynault, à la tête de l’ASPAS : « il n’y a rien de glorieux d’abattre un animal au fusil« . D’autant plus lorsque ces personnes sont connues et qu’elles risque d’influencer le reste du monde. Plutôt que de montrer le bon exemple… C’est donc avec l’agence parisienne Y&R, qui a offert la prestation pour la bonne cause, que l’ASPAS a pu lancer cette opération. Rien de choquant sur les images, bien au contraire.

 

Sur ces mises en scène, pas de fusils, ni d’animal mort. Mais bien une scène de vie qui mérite qu’on la diffuse et qu’on en parle. Deux hommes, qui se félicitent d’avoir assisté à la mise bas d’un animal, avec le petit en guise de trophée. D’où le fait d’avoir baptisé cette campagne Choose Life (= Choisi la vie). Bien évidemment, la scène est inspirée des fameux clichés affichant les trophées de chasse. Mais cette fois, il n’en est rien. Les affiches en question seront installées dans cinq gare du métro de Paris du 18 au 20 avril. Peut-être les avez-vous d’ailleurs déjà vues ?

Choose lifecrédit : Y&R
photo : Y&R
image : Y&R
Crédit photo à la une : Y&R Paris

En savoir plus sur : -

Publié par Charlene le 20 Avr 2017
0