Bienvenue en Malaisie, où les singes se nourrissent en mangeant des rats…

Les scientifiques de l’Institut de recherches Current Biology ont fait une découverte plus que surprenante ! En effet lors d’une étude en Malaisie, ils se sont rendus compte que les singes pourraient devenir des agents indispensables pour la « lutte biologique contre les nuisibles » car ils se nourrissaient des rats... Un groupe de singe serait capable de réduire la population des rats d’environ 3.000 individus chaque année.

Les singes mangeurs de rats pourraient réduire leur prolifération de 75% !

Les singes mangeurs de rats se trouvent dans les forêts tropicales humides de Malaisie et ont laissé les chercheurs abasourdis ! Leur étude a démontré que ces singes pourraient aider à préserver la production d’huile de palme.

Les chercheurs ont étudié les primates en analysant les données de télémétrie de leur comportement entre janvier 2016 et septembre 2018. Ils ont découvert à leur grande surprise, que les primates mangeaient moins de fruits de palmier à huile que prévu ! Ce qu’ils mangent davantage, ce sont des rats ! (Ce qui est une très bonne chose pour la préservation des plantations de palmiers à huile). Chaque année, les rats peuvent réduire la production globale de 10%.

Nadine Rupper co-auteur de l’étude à déclaré : « J’ai été abasourdie lorsque j’ai observé que les macaques se nourrissaient de rats dans des plantations ». Je ne m’attendais pas à ce qu’ils chassent ces rongeurs relativement gros ou qu’ils mangent même autant de viande. Ils sont largement connus pour être des primates frugivores qui ne se régalent que de temps en temps de petits oiseaux ou de lézards » . 

En Malaisie, les rats sont aussi présents qu’en Europe et cela pose problème pour les agriculteurs. Pendant la journée, les rats se cachent dans les cavités des troncs de palmiers à huile. Et comme les singes à queue de cochon passent le plus claire de leur journée, à chercher de la nourriture, le compromis semble bien trouvé. Anna Holzner, l’une des chercheuses de l’investigation déclare : « un groupe de macaques à queue de cochon peut capturer plus de 3.000 rats par an ». Le comportement de ces singes pourrait réduire de 75% le nombre de rats présents en Malaisie.

De plus, l’action des macaques pourrait réduire la perte de rendement de 10% à moins de 3% dans une plantation d’un peu plus de 400 000 hectares, ce qui permettrait une économie de 650.000 $. Une somme considérable pour les producteurs en Malaisie.

>>> À lire aussi : Les rats : on vous donne les meilleures solutions pour vous en débarrasser, sans les tuer !

Les singes mangeurs de rats : un moyen pour protéger les plantations ?

Le World Wildlife Fund (Les Fonds mondiaux pour la nature) utilise l’huile de palme dans tous les domaines: de l’huile de cuisson, aux cosmétiques en passant par le biocarburant. L’huile de palme est une ressource essentielle à l’espèce humaine. Le palmier à huile est très productif mais ne se développe que sous les tropiques couvrant actuellement plus de 18,7 millions d’hectares dans le monde.

De nombreux problèmes se créent entre la déforestation, le conflit entre l’homme et la faune, les différents impacts écologiques ou encore la perte de biodiversité qui menacent de nombreuses espèces comme les tigres de Sumatra ou encore les orangs-outans. De plus, les rodenticides (poisons utilisés pour tuer les rongeurs) sont non seulement, coûteux mais aussi peu efficaces et peuvent endommager la faune.

Les chercheurs de l’étude ont souligné « l’importance globale d’améliorer la production durable d’huile de palme, y compris par l’utilisation d’une lutte anti-parasitaire efficace et respectueuse de l’environnement. Des méthodes de production alternatives pourraient réduire l’impact des plantations d’huile de palme sur les habitats voisins » .

Un terrain d’entente pourrait être trouvé entre la biodiversité et l’industrie du palmier à huile !

>>> À lire aussi : Des rats filmés en train de manger des pâtes dans les cuisines d’un restaurant

Publié par Jade le 24 Oct 2019
0